La FNSEA et les écologistes à couteaux tirés

La FNSEA et les écologistes à couteaux tirés
Mobilisation Fnsea44 et Ja44 à Nantes. "Ne mettez pas agriculture française sur la paille" (Photo facebook)

Le président de la FNSEA a lancé les hostilités en qualifiant de "djihadistes verts" les militants anti-barrage de Sivens. Depuis c'est la surenchère verbale entre écologistes et le syndicat agricole, avec quelques débordements qui en laissent craindre d'autres.

Fin octobre, quelques jours après la mort de Rémi Fraisse, l'emblématique patron de la FNSEA affirme lors d'une conférence de presse: "on est en train d'organiser des djihadistes verts", "Ce qui était présenté comme un mouvement pacifique est extrêmement bien organisé", lâchait-il. La FNSEA était passablement énervée d'être montrée du doigt, contestant que le barrage (que le syndicat considère comme une simple retenue d'eau) bénéficiera à l'agriculture industrielle.

Mardi, à la veille d'une grande mobilisation d'agriculteurs en France, Xavier Beulin a reconnu qu'il avait utilisé "un terme un peu dur" et promis que "jamais" il ne confondrait "des écologistes pacifistes (...) à ce groupe de 200 ou 300 personnes complétement incontrôlées ou sous contrôle d'on ne sait quelle organisation nébuleuse dont le QG est à Notre-Dame-des-Landes". Mais pour les écologistes le mal était fait.

Mercredi, lors de l'imposante mobilisation des agriculteurs du syndicat majoritaire et de son allié Jeunes Agriculteurs, les défenseurs de l'environnement étaient sur le pont, prêts à souligner tout dérapage.

Deux dérapages

La plupart des actions se sont déroulées dans le calme. Mais il y a eu au moins deux dérapages. Un local du parti Europe Écologie Les Verts (EELV) a été recouvert de fumier à Toulouse. Et des agriculteurs ont maltraité des ragondins, devant la préfecture de Nantes, les jetant par-dessus des grilles avant de les asperger de peinture rouge, puis de les frapper du pied, avait constaté un journaliste de l'AFP.

Sur Twitter, Emmanuelle Cosse, numéro un du parti a dénoncé "les barons de la mal-bouffe (qui) déversent leur fumier sur la France: une insulte pour tous les paysans respectueux de la terre et des hommes".

Le chef de file des sénateurs Europe Ecologie-les Verts, Jean-Vincent Placé est allé encore plus loin: "Ces pauvres types sadiques de la FNSEA qui torturent des ragondins. Les traiter de porcs serait diffamatoire vis-à-vis des animaux  # berk".

Par voie de communiqué, le parti écologiste a ensuite condamné "ces actions violentes" et "l'impunité dans laquelle elles se déroulent".

"Après l'incendie du centre des impôts de Morlaix (par des légumiers bretons en septembre, ndlr), le gouvernement était prévenu des débordements possibles, pourquoi avoir laissé faire?", s'interroge le parti, qui "s'indigne de l'absence d'encadrement et demande à ce que des sanctions soient prises".

Les contrôleurs de la police de l’eau victimes de violences

De son côté, France Nature Environnement (FNE), réseau d'associations dont faisait partie Rémi Fraisse, a elle dénoncé dans un communiqué jeudi les violences dont sont victimes les contrôleurs de la police de l'eau (Onema) quand ils vont inspecter les exploitations agricoles.

"La protection des fonctionnaires exerçant des fonctions de police et de lutte contre la délinquance environnementale est aujourd'hui compromise, de même que l'action de la justice", selon l'ONG.

Les voitures des "faucheurs" vandalisées

Et enfin, jeudi, des "faucheurs" d'OGM assurent qu'une quinzaine de leurs voitures ont été vandalisées par des agriculteurs de la FNSEA, qui les attendaient à la sortie d'une action contre un laboratoire consacré aux OGM dans le Puy-de-Dôme et appartenant à la coopérative Limagrain.

"Limagrain est une coopérative, ce sont des adhérents de la coopératives qui sont venus et la FNSEA n'a absolument rien revendiqué là-dedans", a démenti Xavier Beulin auprès de l'AFP. "Je crois qu'il faut que les choses reviennent dans l'ordre", a-t-il plaidé.

Pour lui, il faut que le droit l'emporte sur le site de Sivens. Et s'agissant des revendications des agriculteurs, il a assuré sentir "une volonté du Premier ministre d'apporter une réponse concrète et durable" à leurs problèmes.

Reste maintenant à ce que les agriculteurs, visiblement très remontés, l'écoutent sur le terrain.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 29

common

J'essaie de poster ce commentaire depuis la semaine derniere... :O)

@dasa
Hm, il me semble que j'ai repondu de quelque sorte ?? Je refuse simplement de me poser cette question! Elle est decidé pratiquement ailleur - independemment de moi! Et c'est ce genre des questions avec lesquels j'ai rien a faire. C'est une question politique et toi tu veux que je me mele de ca - probablement parce que tu es de la FNSEA? Desolé, j'ai rien a faire avec les questions et les sujets des syndicats. Ils sont comme les pratiques agricoles classiques et comme la bio adeptes de quelque chose que je n'aime pas: l'economie du marché. Mais ca c'est pas seulement ce soir un sujet un peu trop grand - hihi. De toute facon, dans une societe raisonable on fait pas des choses qui font des degats (seulement si on n'a pas le choix)! Si l'agriculture classique pollue et degrade les terres et cree des couts pour la societe, il serait alors idiot de faire payer quelqu'un pour et au meme temps le laisser continuer comme toujours - comme je sais et comme j'ai essayé de montrer un peu qu'on a le choix...

@moltes

bienvenue au pays de oui oui , pourquoi crois tu que les ruraux ont fuient les campagnes ? pacre qu'il ne voulait plus du travail manuel de la ferme , , mais la ville les 39h les conges payés , et aujourd'hui en plus les 35h et les rtt , hormis immigration tu trouveras tres peu de gens pour venir desherber à la main
mais des aujourd'hui les agriculteurs aurait pu employer du monde mais quand 8 année sur 10 le salarié gagnent plus que le patron , aujourd'hui employé de la main d'oeuvre peu courageuse , qui ne prends aucun risque financier et qui en plus gagne autant que toi faut etre malade

dasa

@common
bref tu ne reponds pas a la question posée par mouchachoss
tu comptes faire payer les medecins pour la pollution de l'e

common

@mouchachoss

ouais, tres serieux... parce que tous ce que je voulais c'est mentionner qu'il y a des reels exemples d'autres pratiques agricoles qui sont pas des reves des ecolos et ont de succes mesurable - et qui polluent beaucoup moins ou meme pas et alors sont conformes a tous ces reglementations qui nous seront (!) imposées... (peu importe quoi est le produit de qui et qui va etre au chomage ou qui determine le prix de l'eau sur le marché - tous ca sont d'autres sujets! les "zones vulnerables" sont une realité - comme la baisse des subventions!?! Ca depend pas de ce que je veux ou ce qui te plait! Mon sujet etaient des pratiques agricoles 'durables', pratiquables et rentables pour tout le monde comme le semis direct sous couvert vegetal ou comme - dans mon cas - la gestion des ruminants idealement 100% a l'herbe sur pied et toute l'année - meme plus ou seulement un minimum de foin que dans tous les cas je peux pas produire de facon rentable - et bien evidemmant un agnellage au printemps - et la je parle pas d'un hobby, mais d'un paturage assez intensif et tres different de ce qui est fait d'habitude (paturage en continue, surpaturage et toujours les meilleures terres pour faire du foin et des cultures...)) Comme quelqu'un avant moi l'avait dit: des solutions pour devenir capable de prendre les choses en main chez soi au lieu de devenir de plus en plus dependant des intrants et des produits qui font enrichir surtout certaines autres! J'ai des machines a quatre pattes qui travaillent pour moi: elles recoltent et produisent et se reproduisent, elles fertilisent et entretiennent mes terres - quelle machine est capable de faire ca a la fois? Je connais la ferme - ou je suis installé - depuis 20 ans -- il m'a fallu ces 20 ans pour comprendre que je n'ai pas besoin d'un jolie tacteur avec tous ces jolies outils etc pour la gerer. Au lieu de bouger des machines, je bouge mon troupeau avec des clotures electriques. Je ne suis pas contre les machines - seulement j'aivais pas des sous pour les acheter- haha.
Bien sur, on peut arguer, se plaindre, faire du lobbying (pour ca tu viens un peu tard, mouchachoss!) etc blabla et simplement continuer comme ca... ou simplement pas, parce les frais de l'agriculture classique vont nous tomber dessus - et pas seulement parce que quelques 'imbeciles' font des decisions politiques ailleurs, mais aussi parce que les prix des choses desquelles ces pratiques dependent sont en train de flamber. Une agriculture/ elevage qui depend entierement des energies fossiles et degrade et pollue en plus ses ressources (les sols, l'eau, l'air) va souffrir d'avantage.
Il faut regarder et comprendre ces presentations (voire les liens dans mon premier post) pour pouvoir les juger: le semis direct n'est pas tout - ce qui est proposé c'est une technique assez complexe qui s'en sert surtout de l'energie solaire et qui copie le fonctionement de la nature dont le sd est une partie... Il faut comprendre la vie des sols et qu'il faut le nourir, qu'on depend largement de l'energie solaire (gratuit), et qu'une culture intercalaire - comparé a un sol nu - continue a stocker cette energie solaire: travaille le sol, nourrit les microbes via les racines etc pp. Mais quand on laisse jamais tomber son dogmatisme, on comprend l'obligation de semer un couvert en hiver toujours comme un frein et un simple cout supplementaire et va meme pas le reussir pour pouvoir en profiter parce qu'on refuse de comprendre cette nouvelle technique de travailler le sol biologiquement (et plus mechaniquement)... Il y a un tas des choses a comprendre et a en profiter... a mon humble avis... ce qui est proposé par exemple par Konrad Schreiber et ces agriculteurs sont des opportunites pour chacun de nous de prendre les choses en main dans nos fermes!


https://www.youtube.com/watch?v=X7WYFJkpvsg&feature=youtu.be

Moltès

Quel pessimisme ici! Vous ne croyez pas qu'en travaillant de façon plus naturelle, plus manuelle, on peut améliorer la qualité des produits en réduisant le chômage? ça peut être une solution le retour à la terre pour éviter le chômage, par contre c'est sûr qu'il va falloir augmenter le budget moyen des ménage consacré à l'alimentation.
"les richesses seront toujours plus concentré dans les mains de qlqs'un" disait @boetie, Bah qu'ils se le gardent leur pognon qui pu et qui rend aigri, Quoi de plus beau que de voire ses animaux et ses champs en pleine santé et en adéquation avec ses propres choix, bio ou conventionnel.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires