La FNSEA sera "très vigilante" face à la politique menée par Emmanuel Macron

AFP

La FNSEA sera "très vigilante" face à la politique menée par Emmanuel Macron
Christiane Lambert, lors du congrès de la FNSEA.

La présidente du syndicat agricole FNSEA, Christiane Lambert, a assuré mardi lors d'un déplacement à Beaune (Côte-d'Or) que les agriculteurs seraient "très vigilants" face à la politique menée par le nouveau président de la République Emmanuel Macron.

"Le président de la République a annoncé trois sujets qui nous intéressent. On va être très vigilants", a-t-elle déclaré lors de l'assemblée générale de la Feder, une fédération de coopératives d'éleveurs de bovins charolais. "Les états généraux de l'alimentation", une "loi de simplification" de la réglementation et un "droit à l'erreur" pour les agriculteurs en cas de contrôle font partie des priorités présidentielles auxquelles la FNSEA sera attentive, a précisé sa présidente.

Alors que la composition du gouvernement doit être dévoilée mercredi, Mme Lambert a aussi appelé à regrouper dans un même ministère "agriculture, alimentation, forêt, territoires ruraux, parce que c'est un tout cohérent. Il y a beaucoup de territoires ruraux qui ont mal voté parce qu'ils se sentent déclassés, abandonnés".

"Aujourd'hui, beaucoup de producteurs travaillent en dessous du prix de revient dans leurs exploitations, et ça, ce n'est pas normal", a-t-elle ajouté. "La compétitivité, c'est quand même la clé. Même le petit paysan, il a besoin de compétitivité (...). Ce n'est pas un gros mot, c'est l'équilibre des comptes et la rentabilité dans nos exploitations."

La présidente de la FNSEA a proposé de "signer un pacte" avec le consommateur "parce qu'on ne pourra pas indéfiniment avoir des prix au ras des pâquerettes, des revenus au ras des pâquerettes et des producteurs qui ne gagnent pas d'argent année après année."

"Une grande majorité (des consommateurs) sont prêts à payer un petit peu plus s'ils savent que ça revient aux agriculteurs", a-t-elle estimé. Invitée à s'exprimer sur le bien-être animal, Mme Lambert a aussi reconnu que "la société a évolué dans son regard". "Il faut que nous aussi nous évoluions."

Elle a cependant dénoncé le fait "que, aujourd'hui, l'animal est forcément doux, beau, gentil. Et que nous, on est méchant quand on les met dans des cages". La responsable agricole a appelé les agriculteurs à parler de leur métier. "Soyons plus bavard par rapport à ce que nous faisons. On fait tout bien dans nos élevages, mais on ne le dit pas."

Sur le même sujet

Commentaires 1

Châble 533

Selon le figaro Mme Lambert est pressentie au ministère de l'agriculture !!!
Le changement ce n'est pas encore pour maintenant

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier