La France espère boucler la réforme de la PAC avant la fin juin

  La France espère boucler la réforme de la PAC avant la fin juin
"C'est une lourde discussion qui s'engage", a commenté Stéphane le Foll.

La France souhaite pouvoir boucler la réforme agricole européenne la semaine prochaine, alors que de nombreuses divergences subsistent entre institutions européennes sur des mesures clés comme la répartition des subventions, a déclaré jeudi le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Le ministre s'est entretenu à Bruxelles avec le commissaire européen en charge du dossier, Dacian Ciolos, et le président de la commission de l'Agriculture du Parlement, Paolo De Castro. Ces concertations interviennent avant un Conseil des 27 États membres lundi et mardi à Luxembourg, qui négocie avec le Parlement européen et la Commission les contours de la future Politique agricole commune (PAC). 

La présidence irlandaise de l'UE espère pouvoir finaliser un accord politique avant le terme de son mandat fin juin et le passage de relais à la Lituanie, qui n'a pas placé ce dossier au rang de ses priorités. 

"Si on veut que cette réforme s'applique en 2015, ce qui est quand même la perspective (...), on ne peut pas tout le temps se dire ‘il y a du temps’, parce qu'il y a un moment où on finira par ne pas en avoir", explique  M. Le Foll, interrogé par l'AFP.

A plusieurs reprises ces dernières semaines, le Parlement européen a exhorté les États à se montrer moins rigides dans leur position afin de pouvoir dégager un compromis rapidement.  Les eurodéputés avaient insisté pour que tous les points encore en suspens puissent être discutés.  Le Conseil est réticent à remettre sur la table des questions déjà tranchées par les chefs d'État et de gouvernement en février, comme le plafonnement des subventions aux agriculteurs ou le rééquilibrage des aides entre les pays.

"Ce sont des sujets sur lesquels il faut encore voir si on ne peut pas faire des signes qui permettent à chacun de pouvoir trouver satisfaction. En même temps, l'équilibre général ne sera pas changé", a prévenu Stéphane Le Foll. "C'est une lourde discussion qui s'engage", a-t-il commenté. Il y a "trois positions sur lesquelles il faut qu'il y ait un rapprochement", a-t-il ajouté, se félicitant toutefois des progrès réalisés en matière de verdissement et d'aides ciblées sur certains secteurs, comme l'élevage. 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires