"La loi Santé est un échec total sur l'alcool" selon Claude Evin

 "La loi Santé est un échec total sur l'alcool" selon Claude Evin

Claude Evin, ex-ministre socialiste de la Santé, juge dimanche dans un entretien au Journal du Dimanche que la nouvelle loi Santé est "un échec total sur l'alcool".

"La loi Santé est un échec total sur l'alcool: elle légitime le contournement de la loi Evin", déclare l'ancien directeur général de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France. Claude Evin a donné son nom à la fameuse loi de 1991 qui vise à lutter contre le tabagisme et l'alcoolisme.   "Sur l'alcool, responsable de 135 morts par jour en France, le combat est en train d'être perdu", regrette-t-il. "La consommation excessive d'alcool tue, brise des familles (violence conjugale) et des vies (accidents de voiture), on ne peut donc pas en faire la promotion comme on le ferait par exemple d'un parfum", dénonce Claude Evin. 

Produit attractif

Le projet de loi de Santé de la ministre Marisol Touraine adoptée en décembre prévoit un assouplissement de la loi Evin au sujet de la publicité sur l'alcool en distinguant la publicité sur les boissons alcooliques, strictement encadrée, et l'information oenologique. "Sous couvert d'oenotourisme, on pourra promouvoir n'importe quel produit" selon l'ancien ministre. "On a introduit dans la loi une fausse distinction, entre publicité et information, qui permettra de présenter le vin ou d'autres alcools comme un produit attractif". L'association Vin et Société, qui représente les producteurs et les négociants viticoles, avait manifesté sa satisfaction après l'assouplissement de la loi Evin, son président saluant "une avancée significative". "On ne peut pas sacrifier la santé au nom de l'économie", juge pour sa part Claude Evin.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 1

AIGLE201

Du temps du ministre les cuites étaient prises avec du vin et de la bière, aujourd'hui c'est avec de la vodka et autres spiritueux mélangés ( en même quantité). Pour ou contre la loi la base du problèmes se ne sont pas les vignerons mais l'industrie des alcools forts.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier