La mobilité informatique s’installe à la ferme

ELISABETH LE MORZADEC

La mobilité informatique s’installe à la ferme
Amélie Clément : « Notre rôle est d’écouter les besoins des utilisateurs et d’observer les évolutions technologiques, afin d’adapter et de proposer des solutions personnalisées aux chefs d’exploitations agricoles» En élevage laitier, la tablette tactile présentée dans sa coque de protection et équipée d’une application spécifique est le nouveau copilote de l’éleveur et de l’élevage.

Les smartphones, tablettes tactiles et autres nouvelles technologie mobiles offrent aux agriculteurs la possibilité de réaliser plusieurs tâches à partir d’un seul support. Amélie Clément, responsable de Weelogic Informatique 22, nous apporte son éclairage professionnel sur ces outils de pilotage, véritables assistants des chefs d’entreprise.

Weelogic est la filiale informatique des CERFRANCE Bretagne. Elle a pour mission d’accompagner les agriculteurs, artisans, commerçants, prestataires de services dans le choix de solutions informatiques, qu’il s’agisse de matériels, logiciels techniques ou de gestion, connexions internet, réseau, formation,…

Elisabeth Le Morzadec : Quelles sont les applications possibles avec ces nouvelles technologies ?

Amélie Clément : Les éleveurs ont connu le palm ou pocket permettant la saisie directement dans le bâtiment d’élevage. Tout était dans la poche. Cet outil mobile a évolué vers les versions Smartphones avec téléphone et internet intégrés ainsi que vers les tablettes tactiles. Ces outils sont adaptés à un environnement extérieur à risques, grâce à leurs coques de protection résistante et étanche. Ils permettent à l’agriculteur de saisir toutes les interventions, que ce soit  dans une parcelle, dans une porcherie ou dans la salle de traite… et de se connecter instantanément à son bureau. Et surtout, l’éleveur, en consultant sur le champ les carrières et caractéristiques des animaux par exemple, va pouvoir intervenir en temps réel, à la fois en préventif ou curatif pour prendre la bonne décision face à un problème.

ELM : Dans quelles activités trouve-t-on déjà ces outils connectés ?

AC : On trouve des applications dans la plupart des activités de cultures et d’élevage. Prenons le cas de la barre de guidage, elle peut-être destinée à toutes les tailles d’exploitations, même aux surfaces inférieures à 40 ha avec un équipement mutualisé. Ce GPS grand écran pour tracteur n’est donc pas réservé aux grandes surfaces et tout agriculteur va y trouver un réel intérêt. Entre autre, il sera surpris par les gains de temps de travail et par les économies d’intrants réalisés, entre 7 et 10 % environ. Ce dernier point s’inscrit dans le cadre des Mesures Agro-environnementales et du programme Ecophyto. L’utilisateur pourra effectuer un suivi parcellaire simultané sur la barre de guidage via l’interface d’un logiciel de suivi de culture (saisie des interventions en temps réel, alertes sur les  dosages et mélanges non autorisés,…). Il s’agit d’un produit made in France, simple d’utilisation, permettant de gagner du temps et d’économiser des intrants. C’est tout bon pour le porte-monnaie et pour l’environnement !

ELM : Et en production laitière, quels sont les outils les plus adaptés ?  

AC : La tablette tactile offre actuellement le plus d’opportunités. La tablette et notamment l’IPAD, va rapidement remplacer le palm ou pocket. L’écran est plus grand, plus lisible, tactile donc plus besoin de stylet, et la vitesse de saisie est beaucoup plus rapide. Protégé dans une coque spéciale, la tablette est installée sur un support de type tubulaire dans la salle de traite et devient alors un véritable copilote de l’élevage. Une étude menée auprès d’éleveurs laitiers a permis de connaître les informations nécessaires au cours de la traite et pour le suivi du troupeau. Une solution mobile de consultation et de saisie en direct dans l’élevage a été développée. L’application se présente en deux parties : l’assistant de traite, sorte d’aide-mémoire pour le trayeur qui va pouvoir consulter les alertes  lait séparé, les vaches en traitement ou à tarir, les risques de mammites, les chaleurs à surveiller,…Le deuxième module concerne le suivi de l’élevage (synthèse de production laitière et de tous les paramètres techniques, reproduction, suivi sanitaire, liaison avec le vétérinaire,…) sous forme de consultation et de saisies directes dans l’élevage. Gain de temps, plus d’oubli, ni d’erreur, le producteur laitier est gagnant sur tous les tableaux pour un meilleur suivi de son troupeau.

ELM : Etes-vous optimiste sur le déploiement rapide de ces nouvelles façons de travailler ?

AC : Oui. Toutes ces évolutions vont dans le bon sens. Les agriculteurs doivent renseigner et fournir de plus en plus d’informations. En parallèle, ils ont  davantage de travail et moins de temps, avec des troupeaux et des surfaces plus grandes. Ils doivent donc être rapides, autonomes et faire preuve de beaucoup de réactivité dans la gestion de leurs ateliers. L’informatique et toutes les nouvelles solutions « mobilité » apportent des outils décentralisés et rationalisent les saisies. En plus, les utilisateurs bénéficient de résultats de groupe. En effet Weelogic informatique combine efficacité et sécurité de saisie, notamment avec les imports partenaires (comptabilité, vétérinaires, centres IA,…) et les informations des automates (robot, rotos, DAC,…). En résumé, saisie unique pour l’éleveur et gain de temps. Que du bonus !

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier