La Roquebrou : derniers préparatifs pour une mangona prometteuse

C.Dubarry

La Roquebrou : derniers préparatifs pour une mangona prometteuse
Michel Creton (au centre) a détaillé le programme de la manifestation. - C.Dubarry

La douzième édition de la Mangona sera organisée comme chaque année dans tout le village le dimanche 15 mars.

Avec près de 4 000 visiteurs l’année dernière, le succès de La mangona(1) de La Roquebrou, grande fête du cochon et de la charcuterie, ne se dément décidément pas. Aux commandes de la manifestation après le départ de son ancien président, Pascal Malvezin, qui souhaite prendre un peu de recul, Michel Creton a annoncé une douzième édition étoffée à de nombreux égards. La partie vente par exemple, représente désormais plus de 45 mètres d’étals sur lesquels la douzaine de salaisonniers du Cantal proposeront leurs produits. Pour Henri Manhès (Le Cayrolais, Le Roquet), “c’est l’occasion de montrer notre savoir-faire mais aussi d’échanger directement avec les consommateurs dans une ambiance conviviale et détendue”. La partie enfant est également gâtée avec un stand dédié proposant diverses activités, des animations tout au long de la journée et un manège gratuit. Attirés par le succès de la manifestation, plus de 80 partenaires et 60 bénévoles ont répondu présent cette année pour faire de la Mangona une immense foire du cochon ponctuée de moments forts autour de sa confrérie, sa course de cochons, son grand repas en commun, son quizz “La roue de la Mangona”, ses 120 kilos de saucisse à gagner, et bien d’autres attractions.

Un rendez-vous incontournable

En l’espace d’une dizaine d’années, La Mangona est devenue une manifestation cantalienne de premier plan. C’est pourquoi Michel Creton, assisté de Jeanine Bouffard, a mis les bouchées doubles pour satisfaire les milliers de visiteurs attendus et en attirer toujours davantage. Ainsi, la fête a été embellie grâce à de nouvelles décorations, la municipalité prépare l’événement depuis des semaines et un soin particulier a été apporté à la communication. Affiches, publicité dans les journaux, spots radio mais aussi cette année sets de table, flyers et écrans lumineux dans Aurillac, tous les moyens ont été mis en œuvre pour faire connaître la Mangona jusqu’au fin fond du département. Il faut dire que les retombées économiques et touristiques sont importantes pour une petite commune telle que La Roquebrou. D’après son maire, Guy Blandino, “ce type de manifestation soutient l’ensemble de l’économie de la ville et lui apporte beaucoup en termes d’image et de notoriété. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si depuis deux ans, La Roquebrou est la ville la plus touristique de la Châtaigneraie”.

“La production bovine a besoin de la porcine”

Plus impliqués que les années précédentes, les agriculteurs seront également mieux représentés avec une présence accrue des JA et de la FDSEA, ainsi que la participation du lycée agricole Georges-Pompidou d’Aurillac. “Nous participons à cette manifestation dans l’intérêt du territoire et pour communiquer sur nos métiers et notre production”, précise Patrick Escure, président de la chambre d’agriculture du Cantal qui espère certes satisfaire les consommateurs mais aussi susciter quelques vocations. En effet, selon lui, la filière porcine est trop souvent délaissée par les jeunes agriculteurs à l’heure du choix de l’installation. “Aujourd’hui, notre département est presque entièrement tourné vers la production  bovine. La production porcine n’est pas forcément la plus attractive au premier abord, mais elle est pourtant plus simple à mettre en œuvre, notamment au niveau du foncier.” Avant de déclarer avec fermeté : “La production bovine n’aura un avenir que si la production porcine perdure. Aucun abattoir ne peut tenir durablement sans production porcine.”

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier