La Transhumance entre Lot et Cantal, l’événementiel contre l’embroussaillement

Renaud Saint-André

Philippe Fabre et Serge le Noan de l’association organisatrice présentent l’affiche de la première édition du 3 au 17 juin. 
Philippe Fabre et Serge le Noan de l’association organisatrice présentent l’affiche de la première édition du 3 au 17 juin. 

Triple objectif d’une manifestation qui traverse une bonne partie du département : proposer des randonnées, offrir des terres d’estive à des centaines de brebis, entretenir les pistes du Lioran.

“Là où on ne fait rien, les paysages se referment”, constate Philippe Fabre en observant la vallée de la Jordanne, dont il est le représentant au Conseil général. Convaincu que la transhumance est une solution équitable qui sert à la fois les grands espaces et le monde agricole, il a mis à profit une rencontre fortuite avec Jean-Louis Issaly, président de l’association Transhumance en Quercy, pour monter un ambitieux projet. En février, Philippe Fabre constituait, à Boisset en Châtaigneraie, l’association Entre vallée du Lot et volcan cantalien avec l’idée de conduire sur les terres d’estive du Lioran 700 brebis.

180 km, 15 étapes, 700 brebis

“Le conseil général du Cantal est propriétaire de 150 à 200 ha au Lioran, sur des terres où l’on voit l’opportunité de faire revivre l’estive, en perpétuant une tradition pastorale. Un moyen en outre d’assurer l’entretien des pistes de ski”, estime Philippe Fabre. Et puisque faire revivre les traditions fascine les nouvelles générations et que le département peut s’enorgueillir de séduire les randonneurs, l’idée a germé de parcourir à pied ce périple de 180 km en faisant participer les marcheurs. Pas moins de 15 étapes ponctueront ce long trajet entre Espédaillac dans le Lot et le Lioran, du 3 au 17 juin. Pour l’occasion, quelques itinéraires secondaires seront coupés l’espace de quelques minutes, les services de gendarmerie neutraliseront au besoin le trafic sur les points les plus délicats. Les 700 brebis et les nombreux accompagnateurs auront aussi à plusieurs reprises à traverser la route nationale ou des passages à niveaux. L’essentiel du parcours étant réservé à des chemins de randonnées. “Nous en faisons un outil de promotion du territoire”, insiste Philippe Fabre en soulignant quelques moments forts : la réunion des troupeaux du Lot et du Cantal, le 9 juin à Boisset ; le 15 juin, la Fête de la côtelette avec la complicité de François Delrieu, éleveur bio à Saint-Julien-de-Jordanne ; le bivouac au buron de Rombière, le lendemain 16 juin, avec un conteur et bien-sûr l’arrivée au Lioran, le 17 juin. “Les brebis y seront gardées par des bergers qui proposeront tout au long des mois d’été quelques animations aux touristes de passage sur la station.

Valorisation touristique

L’association a en effet inscrit dans ses statuts comme objectif principal la mise en œuvre des actions de valorisation et de promotion touristiques des territoires entre la vallée du Lot et le Massif cantalien. Les connexions sur le site Internet de l’événementiel (www.transhumance.info) sont très encourageantes. Autant que l’enthousiasme de la commune de Figeac qui a tenu à être traversée. En revanche, les centre-villes d’Aurillac et d’Arpajon ne le seront qu’à l’avenir. Appelée à être pérenne, cette première édition en appellera d’autres, toujours plus étoffées.

Inscription gratuite au départ de chaque randonnée. Rapatriement des chauffeurs de véhicules pour 1 €/conducteur.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier