Lait : 300 producteurs de lait manifestent contre la hausse des quotas européens

DD (d'après AFP)

Près de 300 producteurs de lait d'Europe ont manifesté lundi devant le bâtiment du conseil de l'Union européenne à Luxembourg, pour dénoncer le projet d'augmentation des quotas laitiers à partir de 2009 et réclamer des prix de vente « décents » pour le lait.

« Non à la réduction de 25% du prix du lait », scandaient les manifestants, rassemblés devant le bâtiment où étaient réunis les ministres européens de l'Agriculture. Les producteurs, venus surtout d'Allemagne, de France, des Pays-Bas, d'Autriche, de Belgique et du Luxembourg, dénoncent les propositions de la Commission européenne de relever les quotas laitiers d'un point de pourcentage par an entre la campagne 2009/2010 et la campagne 2013/2014, afin d'« amortir le choc » de la disparition totale des quotas prévue en 2015. Ils répondaient à l'appel du European Milk Board, qui regroupe 14 organisations de producteurs de lait en Europe.

Quelque 180 tracteurs bloquaient aussi en partie l'accès du quartier du Kirchberg où se trouve le bâtiment du conseil. « Notre objectif est d'obtenir des prix du lait qui couvrent les coûts et pour arriver à cet objectif, il nous faut un système de régulation qui soit souple et efficace », a déclaré l'Allemand Romuald Schaber, président du European Milk Board, en rappelant que l'organisation demandait un prix de 40 centimes par litre de lait. « Nous sommes contre cette augmentation des quotas car nous sommes convaincus que le marché ne sera pas en mesure d'assimiler des volumes supplémentaires », a-t-il souligné. Son organisation prône l'introduction de « quotas souples » du lait qui n'augmenteraient que si le marché est capable de les absorber et qui assureraient aux producteurs un prix de 40 centimes par litre.

Ces propositions de relèvement des quotas, prévues dans le cadre du « bilan de santé » de la Politique agricole commune (PAC) destinée à adapter le financement de l'agriculture européenne, ne font pas l'unanimité parmi les Etats membres. Pays-Bas et Italie demandent un relèvement plus rapide, alors qu'Allemagne et France veulent au contraire éviter toute hausse précipitée. Les ministres doivent en discuter mardi, avant de prendre une décision lors de leur réunion des 18-19 novembre à Bruxelles.

Publié par DD (d'après AFP)

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier