Lait : L'ensemble des protagonistes autour de la table régionale mardi

Propos recueillis par P. OLIVIERI

Les producteurs ont décidé de suspendre le déréférencement des produits de Lactalis jusqu'à la tenue mardi d'une réunion de l'interprofession régionale.

C'est par la voie d'un courrier que la direction du groupe Lactalis a souhaité donner sa version des faits aux producteurs qui approvisionnent sa fromagerie de Riom-ès-Montagnes dans le conflit qui l'oppose aux producteurs de la FDSEA et de JA Cantal. Une vision que contestent point par point les deux syndicats par la voix de Patrick Bénézit, secrétaire général de la FDSEA.
Dans ce courrier, Lactalis vous accuse d'avoir asphyxié son usine, provoqué le chômage technique des salariés,..., mais aussi de ne pas avoir respecté l'accord national sur le prix du lait...
P. B. : “Ce courrier n'est en aucun cas la réaction que pouvaient attendre les producteurs. Ce qu'oublie de préciser Lactalis, c'est que ses usines en Auvergne font essentiellement des fromages, fromages dont le prix de vente s'avère supérieur à celui de l'an dernier. Nous avons donc toute légitimité à demander à ce que le prix du lait payé en Auvergne soit différencié, ce que permet d'ailleurs l'accord national signé le 3 juin. Et lors de notre rencontre avec le ministre la semaine dernière, Michel Barnier s'est engagé à ce que l'État pèse de tout son poids pour cette prise en compte de spécificités dans le cadre de négociations régionales”.

Encore faut-il qu'il y ait négociations...
P. B. : “L'ensemble des trois familles de l'interprofession laitière régionale - le Crieal - doivent se réunir mardi sous l'égide des pouvoirs publics. Ce rendez-vous est capital. C'est pourquoi nous avons décidé de suspendre jusqu'à cette date le déréférencement des produits Lactalis, qui est effectif dans toutes les grandes surfaces du Cantal (NDLR : voir ci-dessous), à l'exception de Géant Casino. Nous savons que cette action a un impact ; à la demande des différents protagonistes de ces futures discussions, nous avons donc acté sa suspension”.

 

Lactalis laisse également entendre que ni vos collègues du Puy-de-Dôme, ni vos responsables régionaux ne soutiendraient votre action…
P. B. : “Nous sommes habitués aux tentatives de division de la part de Lactalis. Les responsables du Puy-de-Dôme comme nos instances régionales sont complètement en phase avec notre démarche”.

Pensez-vous qu'un accord puisse être trouvé mardi ?
P. B. : “Nous comptons bien sur l'adhésion et l'implication de l'administration régionale, jusque là très “mollassonne” et de tous les élus auvergnats pour qu'un accord soit conclu en faveur de la demande des producteurs. Il en va de l'avenir de toute la production laitière dans nos zones de montagne”.

Sinon ?
P. B. : “Nous reprendrons notre action de déréférencement qui pourrait être étendue au-delà du Cantal et prendre d'autres voies, comme celle d'internet. En attendant, les procédures juridiques engagées pour infraction au contrat de collecte liant Lactalis à ses producteurs se poursuivent, de même que pour obtenir le paiement du lait non collecté”.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source union du cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier