Lait : La dérégulation des prix inquiète les éleveurs

SC

Les producteurs laitiers français sont confrontés à la dérégulation progressive du marché européen, qui risque, selon eux, d'entraîner une baisse des prix, comme en témoigne le conflit avec le groupe fromager Entremont.

Le secteur laitier est en train de passer d'une économie laitière extrêmement organisée et administrée à une libéralisation progressive avec l'abandon des quotas programmé pour 2015. Après la décision de Bruxelles d'augmenter de 2% les quotas de production de lait, une autre décision est venue fragiliser le marché français : depuis juillet, les producteurs ne bénéficient plus d'un prix d'achat fixé par la filière.

Les producteurs de l'Ouest, première région de production, ont été les premiers touchés. Le groupe Entremont a décidé d'acheter à un prix inférieur à celui escompté le lait des producteurs de l'Ouest. Les agriculteurs accusent le groupe de profiter de la fin de la régulation et redoutent qu'Entremont ouvre la voie aux autres industriels.

« Ce qui se passe aujourd'hui avec Entremont, c'est la démonstration de ce qui va se passer lorsque les quotas seront libéralisés », estime Véronique Villain, secrétaire nationale de la Confédération paysanne et productrice laitière en Seine-Maritime. « Aujourd'hui nous sommes tenus à produire un certain volume (plafonné par les quotas, NDLR). Le jour où il n'y aura plus cette limite, certains producteurs seront en mesure de produire énormément », marginalisant les petites exploitations, poursuit-elle.

Dans ce nouvel environnement, les relations entre producteurs et industriels risquent d'être complètement différentes de celles qui prévalaient dans l'univers fermé des quotas. Mais selon Valéry Elisseeff, directeur de SAF-agriculteurs de France, la fin progressive des quotas est toutefois « la moins mauvaise solution». « On sait que l'on va vers une augmentation de la demande mondiale, il y a des opportunités de marché à saisir et le système de quotas fige trop les situations ».



Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier