Lait Montagne : la filière grandit !

Didier BOUVILLE

APLM 12
La Volonté Paysanne

La première assemblée générale de l’Association des Producteurs de Lait de Montagne (APLM) réunissant les adhérents de l’Aveyron s’est tenue lundi 26 mars à Noyès sur la commune de Camboulazet sous la présidence de Dominique Barrau. Le matin, les producteurs aveyronnais ont notamment désigné leurs représentants à l’APLM. L’après-midi, la réunion publique a convaincu de nouveaux producteurs.

Avec actuellement 127 exploitations laitières et 217 producteurs apportant 42 millions de litres de lait, les Aveyronnais sont devenus les producteurs les plus nombreux à avoir adhéré à l’APLM, rapporte le président Dominique Barrau. Lors de la réunion d’information ouverte à tous les producteurs l’après-midi, le producteur laitier de Luc a loué la bonne dynamique aveyronnaise devant un auditoire réunissant des producteurs n’ayant pu assister aux réunions d’information cantonales organisées en janvier.  Il a rappelé l’origine de la démarche collective visant à développer une marque lait de Montagne créée et portée par les producteurs eux-mêmes. En s’appuyant sur un décret montagne offrant aux producteurs et aux entreprises de transformation laitières d’utiliser l’appellation Montagne pour différencier leurs produits. Le tiers du lait de vache du Massif Central est mal valorisé. «Cela représente 500 millions de litres de lait, ce pourrait donc être l’objectif absolu de notre démarche», a indiqué Dominique Barrau. 

100 millions de litres de lait

Pour l’heure, l’APLM rassemble au total 93 millions de litres de lait produits par 304 exploitations dirigées par 543 producteurs en zone de Montagne adhérents à la démarche. L’Aveyron est donc devenu leader devant la Haute Loire et le Puy de Dôme. «Notre objectif est de réunir 3 000 adhérents en 2015. Nous en espérons 1 000 pour l’automne prochain, lors du lancement officiel de la marque au Sommet de l’élevage de Clermont Ferrand-Cournon en octobre». En attendant, c’est à Brioude (43) que se tiendra l’assemblée générale de l’APLM le 27 avril où sera dévoilé le nouveau calendrier des actions. «Ce sera le moment de travailler avec un premier palier de plus de 100 millions de litres de lait à valoriser», a déclaré Dominique Barrau. Il a rappelé que le groupe Sodiaal était engagé dans la démarche. Terra Lacta (ex GLAC) est quant à lui toujours en phase de réflexion. L’entreprise Lactalis est pour l’heure plus accaparé par ses contrats laitiers, a convenu Dominique Barrau, lui-même collecté par le groupe industriel.Outre la recherche d’une valeur ajoutée, le président de l’APLM a encore mis en avant la nécessité de préparer l’après quotas laitiers de 2015 en invitant les producteurs laitiers en zone de montagne à se regrouper derrière une démarche ayant pour objectif d’ancrer la production au territoire. «Nous savons que nos coûts de production et de collecte sont ici plus élevés qu’ailleurs. Notre réflexion a aussi été animée par la volonté de conserver des entreprises laitières sur la région», insiste Dominique Barrau. «Car si les producteurs laitiers en zone de montagne bénéficient de compensations financières pour cause de handicap, les transformateurs n’ont rien pour le moment».  Maryline Crouzet (SIDAM) a présenté le résultat d’une enquête menée auprès de 790 consommateurs français jugeant la démarche des producteurs de Montagne comme «une bonne idée». C’est ce que répondent 8 sondés sur 10. Ils sont 7 sur 10 à affirmer qu’ils sont prêts à acheter du lait montagne, même s’il est plus cher que le lait standard. Et plus de 6 sondés sur 10 se disent prêts à acheter du lait Montagne à 0,90 euro/litre. Les premiers visuels de la marque Montagne de l’APLM seront dévoilés cet été.
Pour toute information ou adhésion à l’APLM, contactez Michaël Belloncle, animateur de la section bovins lait FDSEA au 05 65 73 77 95.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier