Lait : quel impact des mesures d'aide à la réduction sur la production européenne ?

INSTITUT DE L'ELEVAGE IDELE

Mesures d'aides

Le plan d’aide à la réduction volontaire et temporaire de la collecte laitière devrait connaître un franc succès à l’échelon européen. Depuis le printemps, la production laitière a nettement reflué dans presque tous les pays, à l’exception de l’Irlande et les Pays-Bas.

Tendance baissière accentuée

Après avoir fléchi de 2% en juin, la production laitière a reculé au moins d’autant cet été avant même l’application du plan. Ainsi, de nombreux éleveurs, confrontés à des trésoreries exsangues, ont opté pour une conduite plus économe. Dans certains pays, comme la Pologne, la restructuration laitière est repartie de plus belle : certains petits éleveurs, n’étant plus collectés faute de débouchés, pourront prétendre aux aides. Au Royaume-Uni, où la collecte a chuté de 8%  par rapport à 2015 cet été, la plupart des éleveurs pourront prétendre à l’aide sans freiner davantage leurs livraisons cet automne.

Ce plan d’aide peut aussi inciter des éleveurs à lever momentanément le pied, sans compromettre leur potentiel de production. Le nombre d’éleveurs et l’ampleur des moindres livraisons sont difficiles à estimer. Par exemple, certains éleveurs irlandais peuvent trouver avantage à avancer de une à deux semaines le tarissement -généralement groupé- de leurs vaches, ce qui leur permet de réduire l’astreinte de la traite et/ou d’économiser des stocks alimentaires. Toutefois, l’impact du plan en Irlande sera faible sur la collecte nationale et négligeable sur la collecte européenne. En effet, les éleveurs irlandais ne réalisent que 30% de leurs livraisons annuelles sur les 6 mois d’octobre à mars. De plus, le frémissement des marchés ne peut qu’inciter les éleveurs à conserver des cheptels étoffés pour 2017.

Aux Pays-Bas, la production, après avoir été dynamique jusqu’à cet été, pourrait aussi brutalement chuter mais pour une toute autre raison. De nombreux éleveurs devront réduire leur troupeau de vaches pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation sur les phosphates qui entre officiellement en application début 2017. Ils pourraient alors faire d’une pierre deux coups : réduire brutalement leurs livraisons et demander l’aide européenne à la réduction volontaire des livraisons, après avoir largement contribué un an auparavant au bond de la production laitière néerlandaise.

En somme le plan européen de réduction volontaire de la collecte laitière pourrait accroître, au plus de 1 point, la baisse de la collecte européenne au 4ème trimestre 2016, qui pourrait alors reculer de 3% par rapport à 2015.

Des sorties abondantes de réformes laitières

Ce plan aura aussi des conséquences sur l’ampleur des réformes laitières. Elles seront plus nombreuses fin 2016, certaines étant avancées, ce qui entraînera probablement un contrecoup à la baisse au 1er semestre 2017, dans un contexte de probable reprise de la production laitière si le redressement des marchés et du prix du lait se confirme. Ainsi le GEB prévoit 154 000 vaches supplémentaires (+10% par rapport à 2015) qui arriveront sur le marché dans les huit principaux pays laitiers* au 4ème trimestre, après déjà 92 000 têtes supplémentaires au 3ème trimestre 2016 (+7%  par rapport à 2015). Soit en tout +80 000 tec au 2nd semestre 2016.

Voir l'article complet sur le site idele.fr

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires