Lancement d'un outil pour acheter local dans la restauration collective publique

Lancement d'un outil pour acheter local dans la restauration collective publique

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a officiellement lancé lundi un outil pour faciliter l'approvisionnement local dans la restauration collective publique, en vue de soutenir les agriculteurs français, notamment les éleveurs qui vivent une forte crise.

Localim est un ensemble de huit fiches méthodologiques à destination des acheteurs publics de la restauration collective en gestion directe qui "les accompagnent à chaque étape de leur projet d'achat", disponibles sur www.localim.fr, explique le ministère dans un communiqué. Il est complété de six fiches filières (viande bovine, viande ovine, viande porcine, volailles, fromages et autres produits laitiers, fruits et légumes) qui donnent de nombreuses informations sur les contacts à prendre pour mieux acheter, les modalités d'achat des produits et les possibilités offertes par la réglementation pour améliorer les pratiques d'achat. Pour encourager l'achat de viande "made in France", les acheteurs peuvent par exemple inclure des clauses de préférence qualitative, comme par exemple de la viande sous "Label Rouge". Une collectivité peut également formuler des exigences environnementales, en s'appuyant sur le temps de transport des denrées, expliquent ces fiches.  

2017

Cet outil a été élaboré conjointement par le ministère de l'Agriculture et la direction des achats de l'État (DAE) du ministère de l'Économie et des Finances en concertation avec la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF), les interprofessions, les professionnels de restauration collective et des acheteurs de l'État et des collectivités territoriales, précise le communiqué.   Afin de faciliter l'utilisation de Localim par l'ensemble des acheteurs publics, un module de formation spécifique sera déployé en 2017 auprès des acheteurs publics, souligne le ministère. L'Association des maires de France (AMF) avait indiqué l'année dernière que sa volonté de faire appel aux produits locaux ou nationaux se heurtait "aux principes de non-discrimination et d'égal accès à la commande publique, indéniables freins juridiques qui rendent illégale la préférence locale ou nationale dans les marchés de denrées alimentaires".

Source avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires