Le boeuf et le riz, secteurs agricoles les plus vulnérables aux accords de libre-échange

Le boeuf et le riz, secteurs agricoles les plus vulnérables aux accords de libre-échange

La viande de boeuf et le riz sont les secteurs agricoles les plus vulnérables à la conclusion d'accords de libre-échange entre l'UE et des pays tiers, selon un rapport commandé par laCommission européenne publié mardi.

Les "vulnérabilités" ont un impact à la fois commercial, avec une hausse importante attendue des importations, en particulier des pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay, Paraguay) et dans une moindre mesure de l'Australie, et sur les prix à la production, qui reculeraient sous la pression de la concurrence.

A l'inverse, les produits laitiers et la viande de porc, qui ont connu de grandes difficultés ces dernières années et commencent à montrer des signes de reprise, peuvent tabler sur des "gains significatifs", selon l'exécutif européen. Le commissaire à l'Agriculture, Phil Hogan, avait commandité en février cette étude sur les effets cumulés des accords commerciaux sur le secteur agricole, à la demande d'une vingtaine d'Etats membres.

Le rapport paraît au moment où les traités de libre-échange sont de plus en plus remis en cause, à l'image du CETA avec le Canada, laborieusement signé fin octobre, du TTIP (ou TAFTA), gelé avec les Etats-Unis, ou de l'accord UE-Mercosur, pour lequel les discussions ont repris au printemps. Au sujet de ce dernier, par exemple, le président argentin Mauricio Macri confiait début juillet que la question agricole était "clairement le point de conflit" des négociations lors d'une visite à Bruxelles.

Les pays du Mercosur "vont devoir modérer leur position maintenant sur la base de ce rapport" en ce qui concerne la viande de boeuf, a noté mardi Phil Hogan lors d'un point presse à Bruxelles, jugeant que l'étude donnait raison à la Commission. Celle-ci a retiré la viande de boeuf et l'éthanol de son offre d'ouverture lors de la relance des négociations avec le Mercosur en mai dernier.

L'étude prend en compte 12 accords commerciaux déjà conclus (Canada, Vietnam, etc.), ou à différents stades de négociation (Etats-Unis, Mercosur, Japon, Thaïlande, Indonésie, Philippines), ou qui doivent encore être négociés (Australie, Nouvelle-Zélande) ou modernisés (Turquie, Mexique).

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier