Le bois, une nouvelle production pour l’agriculture

Agra Presse

Les chambres d’agriculture veulent témoigner qu’elles travaillent à l’effort de mobilisation du bois, que ce soit en forêt ou dans les exploitations agricoles.

Le bois, une nouvelle production pour l’agriculture

“Les chambres d’agriculture sont engagées depuis toujours dans la forêt même si nous avons connu quelques turbulences pour ce qui est de nos attributions”, a assuré le président de l’APCA, Guy Vasseur, lors du séminaire annuel des conseillers forêt - arbres - bois des chambres d’agriculture qui se tenait le 13 octobre à Vendôme (41). À l’occasion des discussions sur la loi de modernisation de l’agriculture (LMA) votée en juillet 2010, le financement des chambres d’agriculture par le reversement d’une partie de la taxe sur le foncier forestier non bâti avait en effet été remis en cause.

Des arbres aussi “hors des forêts”

Finalement les chambres ont pu préserver ce financement in extremis. “On a été contesté dans nos compétences car à certains endroits nous n’avions pas fait assez, admet Dominique Chalumeaux en charge des questions forestières à l’APCA. Pendant des années, les chambres n’ont pas fait de la forêt une priorité. Mais aujourd’hui, on ne peut plus en faire l’économie”. Les chambres d’agriculture, qui comptent plus d’une centaine de techniciens forestiers, représentent principalement les petites propriétés forestières privées dans lesquelles il faut justement mobiliser du bois pour répondre à la demande d’énergie notamment. “Il faut trouver des outils pour regrouper l’offre de bois, confirme Dominique Chalumeaux. Or, les outils fiscaux mis en place dans le cadre de la LMA ne sont pas incitatifs”. Pour soutenir la production sylvicole, la LMA appelle les chambres d’agriculture à nouer des partenariats plus forts avec l’ONF (Office national de la forêt) et les CRPF (Centres régionaux de la propriété forestière).

Complémentarité entre bois-énergie et bois d’œuvre

“Dans les chambres, nous avons quelque chose de plus, c’est que nous nous occupons également de l’arbre hors de la forêt (haies, bosquets…) qui a un rôle environnemental mais aussi économique important”, souligne D. Chalumeaux. “La haie va devenir une production comme une autre sur les exploitations agricoles”, se félicite Hubert Désiré, conseiller en forêt à la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, qui a coordonné la mise en place d’un filière bois déchiqueté dans le département pour alimenter des chaudières installées par des collectivités. En forêt aussi, l’exploitation du bois pour la production d’énergie se révèle être une bonne solution pour rentabiliser les parcelles boisées, comme l’explique Hubert Désiré : “Le bois énergie n’est pas une fin en soi mais un outil de sylviculture pour arriver à l’objectif final de production de bois d’œuvre”. Un autre dispositif pourrait prochainement favoriser la production de bois : la Pac. En effet, dans sa proposition de réforme, la Commission européenne souhaite un verdissement des soutiens qui passerait notamment par une incitation à laisser 7 % de la surface des exploitations sous forme d’infrastructure agro-écologique. Les haies et les arbres pourraient en profiter.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires