Le campagnol terrestre cerné par la recherche et la lutte collective

Raphaël Lecocq

Depuis une trentaine d’années, le campagnol terrestre sévit dans les zones herbagères du Massif Central et de Franche-Comté mais également dans d’autres régions.

Un phénomène dû en grande partie à la monoculture d'herbe, synonyme d’homogénéisation du milieu et de simplification des écosystèmes. Le déséquilibre engendré se traduit alors par la prolifération de quelques espèces bien adaptées à ces milieux tels que le campagnol terrestre. Les phénomènes de pullulation engendrent des pertes de fourrages en quantité et qualité, avec des répercussions sur la qualité des produits animaux, sur l'équilibre floristique des prairies et sur le paysage. Elles présentent aussi des risques pour la santé humaine.

Relance de la recherche

Précoce, raisonnée et collective : la lutte contre le campagnol terrestre doit remplir ces trois conditions pour juguler les populations, analyse Sandrine Laffont, ingénieur à la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) du Puy-de-Dôme. Les éleveurs ne sont pas seuls dans la lutte contre le campagnol. Outre un appui technique et financier, ils bénéficient depuis l’an passé d’un réinvestissement de plusieurs organismes de recherche, dont VetAgro Sup, l’INRA ou encore du CNRS.

Les programmes de recherche visent à caractériser les facteurs de régulation des populations de campagnol terrestre, notamment ceux entrainant le déclin.  Le recours à des phéromones, l’expérimentation de nouvelles molécules campagnolicides, l’utilisation d’images spatiales (images satellites ou issues de drones), l’amélioration du système de surveillance et d’alerte à l’aide de nouvelles technologies numériques ou encore le contrôle des pullulations par une approche immunocontraceptive sont également explorés.

Sur le même sujet

Commentaires 2

gilviti

Les campagnoles sont le menu favori des renard, si on permet a la nature de retrouver un équilibre...

Jo

Le titre me semble plus prometteur que l article...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier