Le chantier sur les « risques sanitaires des pesticides » est ouvert, selon le ministre

Le chantier sur les « risques sanitaires des pesticides » est ouvert, selon le ministre

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a assuré mercredi lors d'une séance plénière au Sénat que le chantier sur les risques sanitaires posés par les pesticides était ouvert.

Une  mission commune d'information du Sénat avait dénoncé en octobre les risques sanitaires menaçant la santé de ceux qui fabriquent ou utilisent des pesticides. Les 27 sénateurs de cette mission avaient rédigé un rapport, adopté à l'unanimité, qui dressait un bilan sans concession de la situation et proposait une centaine de recommandations pour y remédier.

"Il y a désormais consensus sur les relations de cause à effet entre l'utilisation de certains pesticides et des problèmes de santé majeurs, tels des cancers", a expliqué Stéphane  Le Foll. Et "sur vos 100 propositions, 63 concernent mon ministère et une quinzaine sont déjà mises en oeuvre. Et nous allons poursuivre", a-t-il annoncé aux sénateurs.

Pour le ministre, la question des pesticides doit se poser sous trois angles : les autorisations de mise sur le marché (AMM), la réduction de leur utilisation et la façon dont ils se retrouvent dans l'alimentation.  S'agissant des AMM, "dès qu'il y a un risque, des décisions claires doivent être prises" et c'est "la position que défendra le gouvernement français" à Bruxelles, a-t-il dit. "Nous travaillerons à renforcer le volet sanitaire des AMM", a aussi assuré de son côté la ministre de la Santé Marisol Tourraine.

Pour réduire l'usage des pesticides, le ministre de l'Agriculture, chantre de l'agroécologie, a une nouvelle fois  plaidé pour une évolution des "modèles de production" car les objectifs de réduction chiffrés ne sont pas probants, selon lui. En effet le plan Ecophyto, lancé en 2008 après le Grenelle de l'environnement, avait comme objectif de diviser par deux l'usage des pesticides d'ici 2018. Or, leur utilisation a augmenté de 2,5% en 2012, a-t-il rappelé.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier