Le Crédit Agricole Charente Périgord pleinement mobilisé aux côtés de ses clients éleveurs

Marie Légier

Le Crédit Agricole Charente Périgord pleinement mobilisé aux côtés de ses clients éleveurs

Le Crédit Agricole est engagé depuis plusieurs mois aux côtés de ses clients confrontés aux difficultés conjoncturelles et structurelles des filières bovins lait, viande et porc. "Nous n'avons jamais cessé d'examiner les situations individuelles de nos clients et c'est ce que nous continuons à faire" déclare le président de la Caisse Philippe Boujut.

Le Crédit Agricole Charente Périgord pleinement mobilisé aux côtés de ses clients éleveurs

Comment analysez-vous la situation de l'élevage et de la trésorerie de vos clients ?

La crise actuelle rencontrée par l’élevage est une crise liée à la baisse des prix et des revenus dans un contexte de marge déjà faible. L’accroissement de certaines charges,  la sécheresse de l’été et les problèmes de FCO ont encore aggravé les problèmes de rentabilité et de trésorerie des exploitations. Nous constatons en revanche de grosses disparités sur le terrain,  toutes les exploitations n’ont pas le même degré de difficulté, y compris sur un même système de production.

 

Est-ce à dire que vous ne traiterez pas toutes les situations de la même façon ?

En effet, chaque cas est particulier et nécessite un examen approfondi  afin de retenir avec le client  la solution adaptée à sa situation. Cet accompagnement individualisé est la traduction concrète du dispositif complet et préférentiel  de mesures décidées par le Conseil d’administration de la Caisse Régionale.

 

Comment les éleveurs confrontés à des difficultés doivent-ils s'y prendre ?

Nos collaborateurs en agence sont allés au-devant de la plupart de leurs clients : plus de  350 situations potentielles ont été identifiées. Si le contact n’a pas déjà  été établi,  le client  doit contacter  son agence locale  pour réaliser un diagnostic avec son conseiller. Il l’orientera ensuite vers la voie la plus adaptée. Si dans certains cas la solution est simple, dans d'autres il pourra y avoir recours à une analyse comptable ou technique plus approfondie. A ce titre la Caisse Régionale a décidé de co-financer des missions  « audit - bilan de santé » pour les éleveurs laitiers. Ensuite si l'éleveur peut bénéficier des aides FAC (Fond d’Allègement des Charges) de l'État, il doit prendre contact directement avec la DDT.

 

Quelles sont les mesures proposées par le Crédit Agricole ?

Nos actions visent  d’abord à conforter la trésorerie des exploitations sous forme de financement CT,  c’est l’urgence. Ce dispositif vient d’être complété par  un financement spécifique pour les  éleveurs impactés par la FCO.  Nous  devons aussi pouvoir répondre  au besoin et à l’équilibre financier à moyen terme des exploitations. Plusieurs solutions possibles : un financement de fonds de roulement pour injecter rapidement de la trésorerie avec un remboursement étalé sur plusieurs années,  la possibilité d’allonger la durée de crédits existants, ou encore une pause ou report d’échéances. Concernant ce dernier point, nous n’entendons pas proposer la pause crédit en mesure généralisée,  nous voulons étudier avec le client si ce choix est judicieux. Je pense qu’il  est essentiel d’appréhender le coût et les conséquences d’une telle mesure. Enfin pour les exploitations rencontrant des difficultés plus structurelles une étude de la restructuration de l'encours pourra être envisagée (reprise de tous les prêts et étalement sur une période plus ou moins longue suivant la capacité de remboursement de l'exploitation). Très concrètement  nous avons déjà mis en place plus de 170 solutions sur nos clients éleveurs avec à chaque fois les conditions les plus favorables pour ces prêts par l’application  des taux réduits et une exonération totale de frais de dossier.

 

Une forte implication donc pour le Crédit Agricole Charente Périgord ?

Banque de référence de l’élevage, le Crédit Agricole prend une part active dans la gestion de cette crise. Nous allons continuer d’aller vers nos clients, d’écouter, d’analyser et de proposer des solutions. Les équipes y sont mobilisées avec une accélération depuis juin dernier - ce qui représente plus de 3000 heures d’accompagnement- et nous nous coordonnons avec les organisations professionnelles agricoles sur les dossiers les plus sensibles. Notre rôle et responsabilité est d’apporter soutien et accompagnement aux éleveurs de Charente et de Dordogne.  Le Crédit Agricole doit permettre à chacun de passer ce cap difficile.

Cependant, je suis convaincu  que  nos mesures ne seront fructueuses que si elles  sont associées à des réformes de fonds restaurant la compétitivité des filières et un retour de revenus suffisants pour les exploitants.

 

 

 

 

 

 

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier