Le Crédit Agricole s’engage auprès des agriculteurs et viticulteurs sinistrés

Le Crédit Agricole s’engage auprès des agriculteurs et viticulteurs sinistrés

Après avoir mis en place des mesures d’urgence, en juin dernier, le Crédit Agricole d’Aquitaine engage une démarche d’aide à ses clients agriculteurs et viticulteurs qui se relèvent mal des intempéries.

Les pluies torrentielles qui se sont abattues sur le Sud-Ouest en juin dernier n’ont pas fini de laisser des traces profondes chez les agriculteurs et les viticulteurs. Elles ont ravagé, parfois de façon catastrophique, une partie du territoire du Crédit Agricole d’Aquitaine (Gironde, Landes, Lot-et-Garonne). A ces phénomènes climatiques, se sont ajoutées des difficultés liées à l'absence de régulation du marché agricole, à une forte volatilité du prix des matières premières mais aussi à une concurrence de plus en plus vive entre acteurs de l’aval.

Après avoir mis en place des mesures d’urgence, le Crédit Agricole d'Aquitaine, par la voix de son président Rémi Garuz, lui-même viticulteur en Gironde, et de son directeur général Jack Bouin, réaffirme son soutien indéfectible au monde agricole en annonçant une démarche d’aide personnalisée aux agriculteurs et aux viticulteurs.

En fonction des territoires, de l’exposition à ces événements et de la situation de chaque exploitation, la démarche s’articulera autour de trois axes : un accompagnement optimal de la trésorerie, un allégement– voire une pause – des annuités 2014 et, si nécessaire, la mise en place d’un prêt à 5 ans bonifié jusqu’à 30 000€ pour les agriculteurs et 50 000€ pour les viticulteurs, ce prêt pouvant bénéficier d’aides éventuelles des pouvoirs publics ou des collectivités territoriales.

Les experts et les conseillers de la Caisse régionale envisageront avec leurs clients des solutions tenant compte des besoins de chaque exploitation, de ses capacités à y faire face, et de l’intensité de sa relation avec le Crédit Agricole d’Aquitaine. Ils examineront aussi la manière la plus adaptée d'anticiper au mieux les impondérables, qu'ils soient d'ordre climatique, commercial, sanitaire, ou autre, par une épargne de précaution, la constitution de provisions, le renforcement des fonds propres et/ou des solutions d’assurance (assurance récolte, en particulier).

Source creditagricole.info

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires