Le GRASL, 30 ans de sanitaire animal. 2013, une nouvelle étape

GDS Creuse

Le GRASL, 30 ans de sanitaire animal. 2013, une nouvelle étape

Groupement Régional d’Action Sanitaire du Limousin => Le GRASL (structure régionale des GDS) a tenu, le 12 juillet 2013, à Limoges, sa 30ème Assemblée Générale sous la présidence de Philippe Monteil.

Le GRASL : 2013 : Organisme à Vocation Sanitaire (OVS) animal en Limousin

Le GRASL, 30 ans de sanitaire animal. 2013, une nouvelle étape

Dans le cadre de la nouvelle gouvernance sanitaire,depuis le 1er juillet 2012, le GRASL est réputé reconnu comme OVSpour le domaine animal en Limousin.

Un dossierde reconnaissance pour le 31 juillet

Pour rester reconnu OVS pour la période 2014/2018, undossier est à déposer avant le 31 juillet 2013. Basé sur les élémentsd’historique et d’organisations actuelles des 3 GDS limousins et du GRASL, cedossier demande une modification des statuts.

Des statutsactualisés adoptés par l’Assemblée Générale Extraordinaire du GRASL

Appuyé sur les obligations réglementairesd’organisation régionale et la volonté de respect de la proximitédépartementale, ces statuts actualisés du GRASL ont été adoptés à l’unanimitépar l’AG extraordinaire du GRASL de ce 12 juillet.

Lesprochaines étapes : l’Association Sanitaire Régionale (ASR) etl’accréditation

La prochaine étape dans ce dossier OVS est l’accréditationsur la base de la norme 17020 (critères généraux pour le fonctionnement desdifférents types d’organismes procédant à l’inspection), le dossier derecevabilité devra être déposé auprès du COFRAC avant le 31 décembre 2014. Avecses partenaires de la Fédération Régionale de Défense contre les OrganismesNuisibles, le GRASL activera également le Pôle Sanitaire Régional du Limousinconstitué dès 2010. La réglementation avait été anticipée puisque le PôleSanitaire pourra être l’ASR et il est prêt à remplir les missions qui luiseront confiées.

Depuis1983, le GRASL coordonne, au niveau de la région, les plans de prévention et delutte contre les maladies mis en œuvre dans chaque département par les GDS etles vétérinaires praticiens. En 2013, pour ses 30 ans, le rôle du GRASLs’élargit avec la mise en place de la nouvelle gouvernance sanitaire (cf.encadré).

Une situation de plusen plus favorable pour les maladies certifiées (varron et IBR)

Le varron est suivi par le Schéma Territorial deCertification régional. Aucun foyer n’a été mis en évidence en 2012. Pourl’IBR (cf. tableau), avec 1.820 nouveaux engagés, 2012 montre une augmentationde 14,5% du nombre de cheptels adhérents au programme, grâce aux décisions desAssemblées Générales des GDS de Corrèze et de Haute-Vienne d’engagement collectifdans le programme de certification IBR (décision prise en 2004 en Creuse). Enoutre, on observe une progression des cheptels sous appellation (88%) et une baissedes cheptels positifs (6%). En France, au 31 mai 2012, le taux de cheptelscertifiés était de 62%. Pour le dossier de reconnaissance européenne, noussommes en attente des modifications susceptibles d’être demandées par laCommission Européenne.

Le GRASL, 30 ans de sanitaire animal. 2013, une nouvelle étape

La paratuberculose, une nécessité économique, un assainissement en progression

Pourla paratuberculose, deux objectifs gouvernent la stratégie régionale : ledépistage et l’élimination des animaux infectés, la constitution d’un vivierd’animaux sains pour les échanges de reproducteurs. En 2012 (cf. tableau), 1.433cheptels dont 69 nouveaux, se sont engagés dans les programmes régionaux contre1.431 en 2011 avec une progression d’engagés en plan d’assainissement. Le GRASLencourage, d’une part, tous les éleveurs confrontés à cette pathologie à mettreen place ce plan d’assainissement et, d’autre part, à toujours vérifier lestatut du cheptel d’origine lors d’une introduction avec signature d’un billetde garantie conventionnelle. En mars 2012, s’estdéroulée la 2ème journée de coordination nationale paratuberculoseanimée par l’ANSES. 4 groupes de travail ont été constitués : matériaux deréférence et outils de diagnostic, actualisation du référentiel ACERSA,paratuberculose chez les petits ruminants, impact économique chez les bovins.Le GRASL, en relation avec les 3 GDS départementaux, est présent au sein de cesgroupes de travail. Un point d’étape va se dérouler à l’automne.

Un plan « maladies émergentes » pour prévenir et accompagner les élevages

A travers ce plan, leGRASL met l'accent sur la prévention et sur les méthodologies d’intervention enurgence lors d’apparition de pathologie. Cela permet, pour les bovins et ovins,la maîtrise des affections néonatales, la gestion du parasitisme, l’analyse destroubles de la reproduction (avortements avec le kit régional« CRSSA »)... Pour la BVD chez les bovins, cela concerne la maîtrisedes points à risques pour limiter la contamination, l’apport d’attestations« bovin non-IPI », l’assainissement des cheptels. Face aux graves situationsencore observées dans certains élevages, la sensibilisation et l’informationvont être poursuivies et renforcées. Chezles autres espèces, chaque GDS dispose de sections spécifiques(porcine, équine, apicole, aquacole...) pour apporter appui et conseils auxéleveurs.

Le dispositif de surveillance des virus influenza porcinsopérationnel en Limousin

La mise en place d’unesurveillance des virus influenza chez les porcins par l’Etat doit permettred’assurer un suivi des souches circulant chez les porcs domestiques. En 2012,le GRASL s'est vu confier l'animation régionale de ce dispositif. Quatrecabinets vétérinaires ont été volontaires pour réaliser les prélèvements et lelancement effectif a eu lieu au printemps de cette année.

Le soutien financier du Conseil Régional dans le cadre du programme régional de prévention des risques sanitaires

Les actions 2012 menées dans le cadre du programme régional de préventiondes risques sanitaires en élevages bovins et ovins ont bénéficié du soutienfinancier du Conseil Régional. Cela concerne le plan « paratuberculose »pour les bovins et le plan « pathologies émergentes » pour les bovins etles ovins. Une aide de 50% est apportée par le Conseil Régional avec un plafondde 46.430 € pour les bovins et de 15.000 € pour les ovins. Ces programmes sontreconduits pour 2013 et 2014.

Le Plan Sanitaire d’Elevage du GRASL pour une prévention médicaleraisonnée

LePlan Sanitaire d'Elevage du GRASL, dont l'agrément a été reconduit pour cinqans fin 2011, a pour objectif d'aider les éleveurs de notre région àcommercialiser des produits de qualité tout en maîtrisant leurs dépenses parune utilisation raisonnée du médicament. Pour 2012, le montant total desprescriptions a augmenté de 4,20% avec une progression des vaccins. Dans un contextedifficile entrainant parfois des impasses thérapeutiques (absence detraitement, de vaccination…), il convient de rester vigilant dans la maîtrisedu risque sanitaire. Il demeure primordial de poursuivre lacommunication sur la prévention par un emploi raisonné des médicaments pouréviter de voir réapparaître des pathologies.

Le GRASL, 30 ans de sanitaire animal. 2013, une nouvelle étape

Une approche sanitaire collective et une prévention à renforcer

LeGRASL (depuis 30 ans) et les GDS (depuis 60 ans) ont su créer des outilsefficaces pour répondre aux besoins et aux évolutions des élevages de notrezone. Ils insistent sur l'importance de la prévention, même si des caisses depéréquations sont mises en place pour compenser partiellement les pertes quipourraient être engendrées.

PhilippeMonteil a tenu à remercier l'ensemble des partenaires du GRASL : GDS,CIA, vétérinaires praticiens, Groupements Techniques et Syndicats Vétérinaires,Organisations économiques, Structures Agricoles(Chambre Régionale d'Agriculture, ALL, AROL, ARBOVI, ARDEPAL, INTERBEV Limousin..),Directions Départementales de la Cohésion Sociale et de la Protection desPopulations,  Direction Régionale deL'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt, Laboratoires Départementauxd'Analyses, Conseil Régional et France Agrimer. Pour finir, il a indiquéque l'expérience acquise par le GRASL depuis 30 ans aidera les éleveurs etl’élevage limousins à s’adapter aux nouveaux défis.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier