Le groupe Bigard provoque un tollé en refusant de répondre aux députés

AFP

Le groupe Bigard provoque un tollé en refusant de répondre aux députés

Maxence Bigard, fils du PDG du numéro un français de la viande Jean-Paul Bigard, a provoqué un tollé jeudi lors d'une audition à l'Assemblée nationale en refusant de répondre aux questions des députés, notamment sur la non-publication des comptes de son entreprise.

"Ce rapport, j'en prends acte. Je prends acte de vos questions également", s'est contenté de répondre M. Bigard à une salve de questions concernant un rapport sur le mal-être des salariés dans un abattoir de la Somme et sur l'opacité des comptes du groupe, posées par les députés François Ruffin et Richard Ramos.

Interrogé par Fabien Di Filippo, député LR de la Moselle, sur la répartition de la valeur dans la filière entre agriculteurs-éleveurs et abatteurs, M. Bigard s'est contenté de répondre: "Nous achetons 25.000 bovins par semaine que nous payons toutes les semaines". "On est dans « le Parrain » ou on est dans une commission d'audition à l'Assemblée nationale?", s'est alors exclamé M. Ruffin, député LFI de la Somme.

Revenant à la charge, il a clamé: "Ce rapport, j'imagine que vous l'avez déjà eu entre les mains, il porte des accusations assez lourdes sur le comportement de l'encadrement de la direction du groupe Bigard à l'égard de ses salariés, on peut quand même avoir aujourd'hui une réaction du groupe Bigard!"

"Nous sommes ici dans la fabrique de la loi, la loi vous oblige à déposer vos comptes, vous ne répondez pas à la question (de savoir) si vous les déposez, donc je considère que votre non-réponse est une réponse. Comment voulez-vous qu'on puisse travailler avec vous dans la transparence, si vous même, devant la représentation nationale, les élus que nous sommes, vous ne répondez pas à nos questions?", a pour sa part asséné M. Ramos, député MoDem du Loiret.

"Nous abattons aujourd'hui 100% d'animaux français, nous suivons, concernant les produits élaborés, la réglementation française qui est beaucoup plus contraignante que la réglementation européenne, nous suivons la réglementation de tous les organismes de contrôle de l'Etat", a simplement précisé Maxence Bigard lors de cette audition. "On peut vous remercier d'être venu, ça c'est la bonne nouvelle, même si j'aurais aimé que les réponses soit plus loquaces", a conclu le président de la commission Roland Lescure (REM).

Applaudissements

Interrogé à sa suite, le représentant du grand groupe laitier privé Lactalis a lui aussi fermement refusé la divulgation des comptes du groupe en justifiant cette opacité par la concurrence "féroce" qui règne en Europe. "En quoi la connaissance détaillée des comptes consolidés ou des marges du groupe permettrait une discussion plus sereine sur le prix du lait?" a déclaré Michel Nalet, directeur de la communication et des relations extérieures de Lactalis, qui ne dépose pas ses comptes aux tribunaux de commerce.

"Nous sommes en concurrence assez féroce en Europe" a-t-il dit, en rappelant que le groupe exporte 40% de sa collecte, est "présent dans 47 pays", et "paye ses impôts en France". "L'administration fiscale connait nos comptes (...) Je ne crois pas que la publication des comptes permet au producteur d'avoir un meilleur revenu à la fin du mois, ce qui permet d'avoir un meilleur revenu c'est que les prix augmentent et que le marché soit plus porteur" a-t-il dit.

Sensibles à la forme plus avenante, après le mutisme de M. Bigard, les députés ont fini par applaudir M. Nalet, simplement pour ne pas avoir éludé les questions. La loi Sapin 2, votée sous le gouvernement précédent, oblige les groupes agroalimentaires à rendre publics leurs comptes.

Sur le même sujet

Commentaires 16

CRASH38

Bigard, marchand de bestiaux haut marnais a été viré des fermes locales dans des conditions tout à fait limites. Les Bigard y sont revenu et s'imposent en Europe !

beberino

il y a bigard et toute les grosses entreprise agroalimentaire qui se gave sur notre dos c est vrais!!!
mais pas seulement!!!
l agriculture vivrait mieux c il y avait un peut moins d injustice entre nous!!
est il normal qu un agriculteur touche 80 ou 100000 euro de prime pac et que d autre se contente de 15 ou 20000????
l agriculture est diviser et ca donne tout pouvoir a bigard et les autre!!!

LIMON1452

Plus il y a de concentration, moins le producteur a de potentiels clients et se trouve marginalisé sans moyen d'adaptation. C'est le marche ou crève imposé par les sociétés qui veulent le leadership. Etre acteur majeur de la filière pour mettre à genoux les producteurs.

ddrs

y a qu' a appeler a boycotté les produits bigard et lactalis jusqu' a temps que les agri soient payés correctement

1584

et voila la pirouette ; sans le dire , ils "menacent" le gouvernement de payer leurs impots ailleurs et ils sont applaudis. Chapeau Messieurs les députés. Vive la République En Marche ....Arrière!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires