Le National salers prend ses quartiers

R. Saint-André

Les différents organisateurs prévoient la logistique à déployer.
Les différents organisateurs prévoient la logistique à déployer.

La race salers sera en concours national les 22 et 23 septembre au complexe de la Croix-blanche à Saint-Mamet-la-Salvetat, en Châtaigneraie.

 

C’est un des concours nationaux les moins coûteux. Celui de la race salers ne dépasse pas un budget de 75 000 euros. Son secret : s’appuyer sur des infrastructures existantes. C’est le plus souvent le cas du foirail de Mauriac, où il s’est déroulé neuf fois sur ces dix dernières éditions, une année étant réservée au Sommet de l’élevage de Cournon.  Cette fois, c’est en Châtaigneraie qu’il sera organisé. À Saint-Mamet-la-Salvetat, on attendait cet événement, tant du côté des élus locaux que de celui du comice multiraces du sud- Cantal, qui prend en charge l’organisation logistique. En 2010 et 2011, ils étaient présents au parc des Rédines pour observer et se préparer à recevoir à leur tour un concours qui accueille autour de 450 animaux amenés par plus de 90 élevages et qui reçoit jusqu’à 20 000 visiteurs sur deux jours. Le challenge saint-mametois : faire aussi bien.  Arnaud Calmejane, président du comice, estime que faire venir une manifestation de cette ampleur permettra de faire connaître Saint-Mamet dans le département : “C’est à la fois la promotion de la race et du territoire”. Un territoire qui compte de nombreux éleveurs salers, tient à souligner Lionel Duffayet, président du groupe Salers-évolution. “Ce sont même ici des précurseurs en matière d’évolution génétique de la race et qui ont permis la mise en place de plusieurs filières”.

Une nouvelle population

 

ous les éleveurs de Châtaigneraie, du Lot ou de l’Aveyron ne se déplacent cependant pas forcément dans les concours de Riom ou Mauriac. “Nous serons donc ravis d’échanger avec eux à Saint-Mamet, sur leurs attentes et leur vision de l’évolution de la race pour l’avenir”, souligne encore Lionel Duffayet. “Nous avons déjà montré notre capacité à accueillir de belles manifestations, comme le Régional aubrac”, fait remarquer Georges Vermerie, membre du comice. Un argument repris en écho par le maire de la commune d’accueil 2012. Ainsi, outre une subvention exceptionnelle de 10 800 euros, qui s’ajoute à celle de 7 200 euros attribuée par la communauté de communes Cère et Rance, Éric Février s’engage aussi à mettre à disposition du groupe Salers-évolution les équipements, durant les trois semaines de préparation qui précèdent le concours des 22 et 23 septembre : le bâtiment aménagé (et agrandi il y a quatre ans) et un terrain communal juste en face pour accueillir le ring et les stands. “Cette année, les stands autour du ring accueilleront des filières qualité, comme le label rouge salers et les récentes filières génisses, mise en place par les Éleveurs du pays vert”, précise Bruno Faure, directeur de Salers-évolution. À proximité immédiate, sera installé un chapiteau pour abriter les mâles salers et un autre encore, réservé aux groupes de vaches. L’ensemble du dispositif étant sécurisé par un arrêté départemental, interdisant la circulation hors approvisionnement et secours. Le National n’était pas revenu en Châtaigneraie depuis l’organisation du concours à Maurs en 1996. Il est d’ores et déjà programmé à Clermont-Cournon, l’année prochaine.

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.

Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires