Le niveau des nappes baisse mais reste satisfaisant

S C

Le niveau des nappes baisse mais reste satisfaisant

Les deux tiers des nappes phréatiques affichent un niveau normal à supérieur à la normale à la date du 1er juillet, d’après le dernier bulletin du BRGM. Les niveaux de nappes sont toutefois en baisse pour 81% d'entre eux, une situation normale à l’entrée de l’été.

L’état de remplissage des nappes  a baissé  au cours du mois de juin du fait, notamment, des  premiers prélèvements agricoles mais aussi à la période estivale qui s’amorce. La situation est assez analogue à celle de 2014.

Les niveaux de nappes à fin juin 2015 sont en baisse pour 81% d'entre eux, stables pour 14% et en hausse pour les 5% restant.

Des niveaux bas en Lorraine, Alsace, Normandie...

Les nappes  affichent toutefois, pour la plus grande majorité d’entre elles (71%), des niveaux égaux ou supérieurs à la normale grâce à une recharge hivernale favorable.  Dans le détail, on note que 25% des points suivis ont des niveaux inférieurs à la normale et 3% très inférieurs.

Le niveau des nappes est toutefois très hétérogène d’une région à l’autre.

Quelques secteurs présentent des niveaux inférieurs à la normale à l’image de la Lorraine, du nord de l’Alsace, de la Normandie, de l’est du bassin Adour-Garonne ou de quelques secteurs est du Languedoc-Roussillon ou de la Côte d’Azur.

La recharge n’est excédentaire que sur le sud de la vallée du Rhône et sur une partie du sud-est.

La moitié nord a été très peu arrosée

La tendance d'évolution du niveau des nappes traduit, en ce début d’été, la période de baisse généralisée vers la période d’étiage. Cette situation de baisse généralisée des niveaux est habituelle pour la période estivale qui démarre.

Au moins de juin 2015, le déficit de précipitations est d'environ 15% en moyenne sur le pays. La moitié nord a été généralement très peu arrosée par rapport à la normale, avec souvent moins de 5 jours de pluie. Le déficit est supérieur à 50% en Bretagne, dans le Centre, en Île-de-France, en Picardie et en Champagne-Ardenne. Les cumuls ont en revanche été excédentaires sur un petit quart sud-est, atteignant localement plus de deux fois la normale.

A noter que la vague de chaleur de début juillet n’est pas prise en compte dans ce bulletin. La baisse très généralisée des niveaux va donc probablement se confirmer au cours de la période estivale.

BRGM

 

 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier