Le président promet d'alléger les charges des exploitations

d'après AFP

Nicolas Sarkozy a promis d'« alléger les charges » sur les exploitations agricoles, vendredi devant des agriculteurs alsaciens, encourageant également le monde agricole à se restructurer et à améliorer les circuits de distribution.

« Il faudra faire un effort pour alléger les charges sur vos exploitations », a affirmé M. Sarkozy, espérant que cette décision contribuera à « améliorer la compétitivité » de l'agriculture française dans le monde.

Le chef de l'Etat était invité par les Jeunes agriculteurs du Bas-Rhin à inaugurer le site des terres à l'Envers, présentant les principales filières agricoles du Bas-Rhin et d'Alsace, puis à ouvrir la finale nationale et européenne des labours, auxquelles participent douze délégations européennes. S'efforçant de rassurer une profession qui vient de traverser une très grave crise et qui s'interroge sur son avenir, M. Sarkozy leur a affirmé: « vous vous posez la question » de savoir « s'il y aura toujours une production agricole en France et c'est un paradoxe ».

« Rarement les agriculteurs se sont posés autant de questions sur l'avenir de leur profession alors que jamais dans l'histoire de l'humanité, on n'a eu besoin d'autant de perspectives d'augmentation de la production agricole », a-t-il argué.

« D'ici à 2050, le monde a besoin d'une augmentation de la production agricole de 70%. Et dans la plupart des grandes régions du monde, il y a plutôt une régression des progrès de la productivité qu'une augmentation (...) notamment en Afrique », a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il y aura « 30% d'habitants de plus sur la planète à l'horizon 2050 ». Aussi, selon lui, « l'agriculture européenne, qui est la 2e agriculture du monde, et l'agriculture française, la première d'Europe, ont donc une perspective de marchés quasiment inépuisable ».

Pour une meilleure compétitivité de l'agriculture française et pour « rééquilibrer les bassins de production », il faut que les agriculteurs « arrêtent de parler des restructurations et qu'ils les fassent », a également assuré M. Sarkozy. « On va vous demander de passer à la vitesse supérieure pour réorganiser vos filières », a-t-il dit.

Le chef de l'Etat a également plaidé pour une meilleure distribution, « que nous avons ratée au lendemain de la guerre ». « Les circuits courts » entre producteurs et consommateurs sont « extrêmement importants », a-t-il argué.

Source AFP

Publié par d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier