Le revenu des exploitations bovins viande (au 31 déc 2015)

INSTITUT DE L'ELEVAGE IDELE

Le revenu des exploitations bovins viande (au 31 déc 2015)

Les marchés bovins sont restés déprimés en 2015. Côté PAC, les systèmes intensifs sont impactés par la convergence. La présence ou non en zone ICHN et la suppression de la PHAE sont les autres principaux déterminants de la variation des aides. L'évolution des indices de prix des charges est plus favorable au revenu. Mais la sécheresse estivale a nécessité dans certaines régions d’acheter des compléments fourragers ou des concentrés. Au final, l’année 2015 n’apporte pas de réel bouleversement dans les tendances antérieures

Après une conjoncture 2014 morose pour les bovins finis, 2015 n’a pas permis de redresser la barre. Si les marchés ont connu un léger frémissement en milieu d’année, ceux-ci ont ensuite repris leur baisse pour toutes les races et catégories. La dynamique a été un peu différente pour le marché du maigre qui a bénéficié de la forte demande turque jusqu’en septembre. L’apparition de la FCO a ensuite entraîné un léger repli des cours (stables en moyenne annuelle), et surtout un report des ventes. Les systèmes naisseurs n’ont pas tous profité de la revalorisation de l’ICHN. Celle-ci ne compense pas intégralement la disparition de la PHAE pour les systèmes les plus extensifs qui touchaient souvent les niveaux les plus élevés. Protégés par le marché label et bénéficiant de la réforme de la PAC, les élevages producteurs de veaux sous la mère voient leur niveau de revenu légèrement consolidé.

 

Au final, dans les différents systèmes, les évolutions de RCAI entre 2014 et 2015 dépendent essentiellement :

  • de la PAC et du niveau initial de soutiens découplés (convergence), mais surtout de l'équilibre disparition de la PHAE/revalorisation de l'ICHN
  • de leur niveau d’exposition à la sécheresse

 

Mais le constat est le même pour tous les systèmes : les revenus ne progressent pas comparés à 2014. L’engraissement et la vente de culture apportent un léger plus pour les résultats courant avant impôts et cotisations sociales.

Voir le document

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier