Le Salon, vu de mes lunettes connectées

Raphaël Lecocq

Benoît Coudreau, consultant système d’information chez Adventiel,

Les lunettes connectées font leur apparition dans des applications agricoles. Mais elles restent encore l’apanage des chercheurs et techniciens.

L’intérêt des lunettes connectées ? « Conserver ses deux mains libres pour pouvoir réaliser différentes tâches, tout en ayant un œil sur des applications apparaissant dans le champ de visions de l’opérateur, explique Benoît Coudreau, consultant système d’information chez Adventiel, La navigation dans les applis s’opère au moyen de la voix ou de la reconnaissance de codes barre ou de gestes ». Un exemple ? « Un technicien réalise des notations en culture et peut simultanément réaliser l’enregistrement de ces observations grâce au lunettes ».

Le Salon, vu de mes lunettes connectées

Les agriculteurs pas exclus

Instituts de recherche, laboratoires vétérinaires, éditeurs de logiciels, équipementiers… : tel est le profil des entreprises aujourd’hui clientes des lunettes connectées. Adventiel a retenu la marque américaine Vuzix et son travail consiste à développer des applications dédiées pour ses clients. Les agriculteurs en seront-ils équipés un jour ? « C’est fort probable, indique l’expert. On a souvent besoin de ses deux mains dans ce métier, deux mains que l’on a vite faite de se salir. Manipuler des animaux et réaliser simultanément la saisie de leur poids au moyen d’un appli sur lunettes connectées fait partie des applications imaginables ».

Forte croissance

Adventiel se définit comme « accélérateur numérique pour l’agriculture ». Basée à Pacé (35) et à Hérouville-Saint-Clair (14), l’entreprise est issue de la fusion en 2015 des Arsoe Bretagne et Manche-Atlantique, qui conçoivent et développent depuis 45 ans des projets numériques innovants et sur-mesure au service des entreprises du vivant. Adventiel a réalisé en .2015 un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros et projette 30 Millions à l’horizon 2020. Elle emploie 150 personnes sur ses deux sites et projettes d’embaucher 30 collaborateurs supplémentaires cette année, avec des profils d’ingénieur en informatique, en ergonomie ou encore des agronomes.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier