Le syndicalisme héraultais rencontre les députés du département

FDSEA 34

Les représentants de la FDSEA et des JA ont rencontré, les députés et le Conseil général de l’Hérault le 22 octobre dernier. Les représentants de Coop de France LR, des Vignerons indépendants et de la Chambre d’agriculture étaient également présents. Une première dans le département.

Cette rencontre a permis aux protagonistes, en période de bilan de la récolte 2012, de débattre de l’avenir de la viticulture héraultaise et d’aborder des sujets plus transversaux de l’agriculture départementale.

Les responsables syndicaux ont exposé le bilan de ces vendanges : 11,7 millions d’hl, la plus petite récolte depuis de nombreuses années, bien en deçà du niveau de 2010. Bien que le contexte national, européen et mondial, dans une situation similaire, joue en faveur d’un maintien des prix au minimum voire d’une augmentation, le niveau de production 2012 ne permettra pas aux prix de compenser cette baisse sur le chiffre d’affaire. C’est ce constat presque alarmant que doivent intégrer les élus du territoire, quand on sait que la filière viticole sort de plusieurs années de crise, que les charges ne cessent d’augmenter et que malgré l’embellie de 2011, un grand nombre d’exploitations déjà fragilisées risquent de ne pas se relever.

La politique économique actuelle du gouvernement a également fait débat. A l’heure où certains secteurs français sont désespérément en recherche de compétitivité, le gouvernement décide de retirer à un des seuls secteurs dont la balance commerciale est excédentaire, les outils qui lui permettent de conserver cet avantage : réduction de l’exonération des travailleurs occasionnels, augmentation des droits d’assises du vin ou non reconduction du dégrèvement de la taxe sur le foncier non bati (TFNB). Les députés ont été fortement sensibilisés et mobilisés aux conséquences de telles mesures : perte compétitivité des exploitations agricoles, distorsions de concurrences, perte d’emplois.

Autre sujets évoqués qui tiennent à cœur les représentants des agriculteurs : l’organisation de la production nécessaire pour rester compétitif sur les marchés et également pour l’organisation du territoire héraultais voire languedocien.

Enfin, incontournable dans l’actualité agricole, le projet de la future PAC dont l’OCM spécifique viti-vinicole a été longuement abordé. Expliquant la probable future organisation de la Pac au niveau européen et national, la profession agricole a réaffirmé son refus de la régionalisation des aides du premier pilier – aides liées à la production, ainsi que sa volonté de conserver les outils de restructuration du vignoble à travers l’OCM viti-vinicole.

Suite ces échanges, les différentes parties ont convenu du réel intérêt de se rencontrer et de renouveler cette initiative.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier