Leclerc et Intermarché boycottent les discussions sur les filières agricoles

AFP

Leclerc et Intermarché boycottent les discussions sur les filières agricoles

Michel-Édouard Leclerc annonce qu'il va, avec Intermarché, boycotter les futures discussions gouvernementales sur les filières agricoles, afin de protester contre l'adoption d'un amendement à la loi Macron.

Une réunion est prévue mercredi  autour du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll et de la secrétaire d'Etat chargée du Commerce Carole Delga pour discuter notamment de la filière lait. Les deux enseignes de distribution ont annoncé avoir décliné l'invitation du gouvernement pour y participer, ainsi que toutes celles qui suivront, tant que l'amendement 1681 ne sera pas retiré, confirmant des informations parues dans le magazine LSA.

Cet amendement, adopté par l'Assemblée nationale dans le cadre de l'examen du projet de loi Macron, prévoit de limiter à neuf ans les contrats d'affiliation entre les commerçants indépendants et les grandes enseignes de distribution. Le gouvernement estime notamment que la durée trop longue de ces contrats nuit à la concurrence. "Il faut que le gouvernement détermine si nous sommes nuisibles ou profitables à l'économie française", s'insurge Michel-Édouard Leclerc.

"Nous n'avons rien contre le monde paysan »

"C'est quand même gonflé de sa part de venir nous demander notre aide pour soutenir les filières, alors que dans le même temps, il soutient un amendement qui vise à fragiliser le commerce indépendant dans son ensemble au profit des grands groupes de distribution intégrés, comme Carrefour, Casino ou Auchan", a déclaré le dirigeant des centres Leclerc.

"Intermarché et nous avons donc dit au gouvernement qu'il valait mieux qu'il sollicite la FCD (représentant des groupes intégrés, NDLR) pour travailler sur les produits agricoles vu que les indépendants étaient trop occupés à combattre la loi Macron!", a-t-il ajouté.

"Nous n'avons rien contre le monde paysan, avec qui nous sommes tout prêts à discuter par ailleurs, mais il fallait marquer le coup", a-t-il expliqué.

Intermarché s'est déclaré lundi solidaire de cette démarche. Le groupement coopératif avait estimé le 2 février qu'avec cet amendement, "les députés avaient voté les conditions du démantèlement à court terme du commerce indépendant".

 

Publié par AFP

Sur le même sujet

Commentaires 2

freiheit

de toute façon de leclrec en passant par auchan et tous les autres leurs priorités ce remplirent les poches sur notre dos et ce donner bonne conscience aux vue du grand publique ....

pietin 113

Il faut bien trouver un motif pour ne pas discuter des sujets embarasants tels que la traite des paysans au 21eme siecle...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier