Les agriculteurs dans la rue contre les normes pro-environnement

Les agriculteurs dans la rue contre les normes pro-environnement
(Photo facebook)

A l'appel de la FNSEA et des JA, les agriculteurs ont multiplié mercredi opérations et manifestations dans l'Hexagone pour dénoncer les normes environnementales qui, selon eux, menacent la viabilité économique des élevages.

Des tas de paille et de palettes ont été déversés à l'aube à deux pas du ministère de l'Agriculture par la fédération d'Ile-de-France qui réclame la démission du ministre Stéphane Le Foll. Dans l'Ouest où les élevages sont le plus nombreux, un millier d'exploitants --500 selon la police-- se sont rassemblés à la Roche-sur-Yon. A Nantes, une centaine de tracteurs ont déversé pneus et fumier devant la Direction régionale de l'environnement. Dans l'Est, la FDSEA de la Moselle a déposé plus de 150 tonnes de lisier devant l'agence de l'eau de Moulin-les-Metz. L'Onema, la "police de l'eau", a eu droit au même traitement.

A Chalons-en-Champagne, 300 agriculteurs ont installé une fumière (cabane remplie de fumier, ndlr) devant la préfecture avec le slogan: "mon fumier est mieux logé que les sans-abri". Des rassemblements ont aussi eu lieu à Saint-Lô, Nancy, Epinal, Auxerre, Valence, Grenoble ou Nîmes. Mardi soir au Mans, 150 agriculteurs ont déchargé du fumier et des pneus devant la cathédrale et, à Rennes, une quarantaine de militants ont érigé un mur de parpaings devant la Direction régionale de l'environnement.

"Il s'agit d'un débat syndical", rétorque-t-on au ministère, qui remarque que cette journée, menée par la principale force syndicale agricole, intervient à quelques jours des élections aux Chambres d'agriculture.  Faux, assurent les agriculteurs qui dénoncent les nouvelles règles imposées par le gouvernement.

Des investissements trop lourds

Menacée de lourdes sanctions financières par Bruxelles pour non-respect de la directive nitrates adoptée il y a plus de 20 ans, la France a pris récemment des mesures restreignant diverses pratiques agricoles pour protéger les points de captage de l'eau et les nappes phréatiques. Fin 2012, 860 communes de plus ont notamment été classées "zones vulnérables" sur les 18.000 qui l'étaient déjà dans les six bassins fluviaux du pays.

Pour Damien Greffin, président de la fédération d'Ile-de-France, ces "nouvelles mesures édictées à l'emporte-pièce sur la protection des captages reviendraient à sortir 3 millions d'hectares de la production agricole".  "Nous souhaitons un assouplissement des réglementations, qui nous imposent notamment des investissements trop lourds pour les petites exploitations comme par exemple de disposer d'une aire de lavage pour les engins d'épandage avec récupération des eaux usées", demande de son côté le président de la fédération de la région Paca, Claude Rossignol.

"C'est un processus qui n'est pas lié à ce que j'ai pu faire mais que j'ai trouvé en arrivant", a déclaré le ministre à l'AFP. "Si je ne fais pas ce qu'il faut, c'est l'Europe qui nous imposera des règles et nous aurons à payer des pénalités". Rue de Varenne, on promet donc d'ouvrir une concertation mais seulement après les élections syndicales du 31 janvier, avec "le triple objectif de se conformer aux exigences européennes, d'assurer la protection de l'environnement tout en permettant aux agriculteurs de travailler".

Source avev AFP

Sur le même sujet

Commentaires 11

bravo A.D-4-2.

Parfaitement d'accord avec toi!
La France veut avec l'agriculture, toujours laver plus blanc que blanc!

geo

Concernant les zones vulnérables, le fond du problème est cohérent. Il y a eu des abus et il faut tenter de les contenir. Le problème réside plus dans la mise en forme de la Directive nitrates et sa traduction française. Pourquoi s'acharner sur les mise aux normes en élevage sur certains secteurs?Classons tout le territoire comme l'ont fait d'autres pays et cessons de prendre l'élevage pour cible. Ceci aura un avantage: éviter de diviser les agriculteurs. Sur le bassin Adour-Garonne, le nouveau zonage est totalement incompréhensible. Pourquoi certaines communes ne sont-elles pas classées alors qu'elles sont clairement situées sur un bassin versant? Ces mêmes personnes qui manifestent ne sont-elles pas celles qui arrivent à influencer le zonage en leur faveur du fait de leur position dans les chambres?

reg17

Le probleme de toutes ces lois c'est que le but premier est de bien remplir les documents administratifs. Car on peut etre le plus vertueux à notre environnement mais si on a pas rempli le bon papier on se prend une prune et on nous dit que l'on est un pollueur.

croquant

je suis agriculteur et je ne manifesterai jamais sur des normes sur lesquelles on a du retard sur leurs apllications !!!...

A.D-4-2.

Pour analyser juste la dernière phrase « le triple objectif de se conformer aux exigences européennes ; d'assurer la protection de l'environnement ; tout en permettant aux agriculteurs de travailler>>.
Cela est une bien belles phrases pleine de jolies promesses mais très inquiétante car on voudrait atteindre les deux premiers objectifs en oubliant les agriculteurs à travailler plus et à s'endetter encore plus pour se conformer aux normes toujours plus draconiennes.
L’on peut être certain que lorsque les agriculteurs auront atteint ses objectifs les écologistes nous demanderont encore de faire mieux.
Oui !car se sont bien des lois dictées par des gens qui se disent<< écologistes >>
Et bon nombre de ces écologistes sont des gens qui voudraient manger de très belles carottes non traitées en sachet de 125 g prêts à l'emploi et à bas prix.
Pourtant ce sont les mêmes qui se passent par le visage des produits autobronzants.
Ce sont eux qui prennent les somnifères en surdose.
Ce sont aussi les mêmes qui prennent la pilule contraceptive de la troisième génération
car celle si aurait l'avantage de faire maigrir.
Ce sont certainement eux qui jettent leur canettes et toutes sortes d’emballages dans mes champs situés le bord des routes.
Ce sont certainement les premiers à crier que les routes ne sont sales lorsqu'il y a trois brins de neige.
Et ce sont bien des gens qui se disent écologistes et qui crient au secours ! Lorsqu'il y a une araignée dans la maison alors: il ignore que ces insectes n’ont que pour fonction positive de prédaté les mouches de moustiques.
donc c'est un vrai danger si on laisse ces gens sous prétexte d'écologie nous dicter nos comportements et nous imposer leur lois ( à titre d'exemple) un certain pourcentage de pente ou des dates pour éprendre le lisier sous prétexte que les nappes contiennent du nitrate.
Pourquoi ne parle-t-on pas en priorité des résidus pharmaceutiques qui infectent nos rivières.
Je pence que les agriculteurs sont le mieux placé pour parler d'environnement à long terme.
donc il me paraît essentiel que nous prenons en main notre destin.
Et cela ne sera possible que si tous les agriculteurs se concertent entre eux pour parlent d'une même voix
Il paraît évident que lorsque l'on parle d'écosystèmes les clivages politiques n ont rien a avoir
et nos divisions font le jeu des politiques ce qui permet à nos dirigeants et aux écologistes de nous faire avaler n'importe quel texte de loi, sous prétexte d'écologie et de faire croire que se sont les agriculteurs qui pollue, ce qui est doublement dangereux car cette image négative a un impact sur les consommateurs.
Pourtant les agriculteurs sont aussi compétents que les écologistes et certainement les mieux placés pour envisager la protection d'écosystèmes et la biodiversité.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier