Les agriculteurs redoutent une coupe draconienne des subventions européennes

Les agriculteurs redoutent une coupe draconienne des subventions européennes
la baisse des aides pourraient aller jusqu'à 30% dans certains pays, d'après les syndicats agricoles européens.

Le principal représentant de la filière agricole européenne, le Copa-Cogeca, exhorte les chefs d’État et de gouvernement de l'UE à ne pas sacrifier les subventions agricoles à la faveur de leurs négociations sur le budget européen pour la période 2014-2020.

Les dernières propositions concernant des coupes dans la Politique agricole commune (PAC) sont "totalement inadmissibles", a condamné le président du Copa, Gerd Sonnleitner, représentant les syndicats agricoles européens.  Elles auraient "pour conséquence une réduction considérable des paiements directs aux agriculteurs, allant jusqu'à 30% dans certains pays", a-t-il estimé.

"On est à la veille de destructions de filières", a prévenu son homologue du Cogeca Christian Pèes, qui représente les organisations professionnelles agricoles européennes, se disant "très inquiet" de voir la politique agricole commune faire les frais des arbitrages budgétaires européens.

Le budget de la Politique agricole commune représente à lui seul près de 40% du budget européen. La Commission européenne a proposé de ramener la PAC de 420,6 milliards d'euros pendant la période précédente (2007-2013) à 386 milliards.

Le président du conseil européen Herman Van Rompuy a soumis une première proposition aux 27 dirigeants européens qui prévoit notamment de faire passer la PAC à 364,4 milliards.  Il s'agit d'une réduction "inacceptable", s'est insurgé M. Pèes. Pour le Copa-Cogeca, il s'agit d'une "ligne rouge à ne pas franchir", a renchéri M. Sonnleitner.

Au moment où les dirigeants européens se succédaient pour des entretiens bilatéraux devant M. Van Rompuy, une soixantaine d'agriculteurs baltes manifestaient à quelques dizaines de mètres du lieu de la réunion pour réclamer plus d'équité dans la redistribution des aides. Ce sont eux qui ont en effet le plus à perdre du grand marchandage sur le budget de la PAC, le système de répartition avantageant les grands bénéficiaires historiques de la PAC que sont la France, l'Espagne ou l'Allemagne.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier