Les amateurs de fromages réclament la traçabilité du lait

Les amateurs de fromages réclament la traçabilité du lait

Dans la foulée des producteurs de viande, les amateurs de lait et de fromages réclament au ministre un étiquetage précisant l'origine de production et de collecte de lait qui rentre dans la composition de ces produits.

Cette demande, qui émane de l'Association Fromages de Terroirs, concerne les laits de consommation, les laits destinés à la transformation des produits laitiers frais et les fromages industriels. "90% de nos fromages sont fabriqués avec du lait apatride; plus de 90% des laits de consommation commercialisés en France sont des laits d'importation, et souvent d'assemblage", affirme l'association qui s'est adressée directement par courrier au ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll.

Selon elle, "les pratiques douteuses des groupes agroalimentaires révélées par l'affaire" des lasagnes au cheval sont amplement partagées par l'industrie du lait. "Cette sombre affaire rend plus évidente l'urgente nécessité d'informer clairement les consommateurs sur l'ensemble des produits alimentaires qu'ils achètent", écrit la présidente de l'association, Véronique Richez-Lerouge, à M. Le Foll.

"Pourquoi quand on achète un fromage, un yaourt ou n'importe quel produit laitier ne pas savoir d'où vient le lait qui a servi à sa fabrication?", demande-t-elle en évoquant un "marché spot" (informel de gré à gré), "un marché désincarné où se renégocient des laits qui viennent de partout".

"De nouveaux problèmes vont apparaître sur l'origine du lait: on doit connaître quelles sont les conditions de collecte du lait, comment les vaches ont été alimentées", poursuit-elle en évoquant une véritable "omertà".

L’Association Fromages de Terroirs compte 80 adhérents actifs et quelques 450 "parrains", à la fois producteurs et consommateurs, indique sa présidente.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

eleveur 61

La tracabilité un grand mot il suffit d'acheter de la poudre de lait made in? et de reconstituer le lait avec de l'eau française pour l'appeler lait français.Il faudra un problème comme pour la viande de cheval pour arreter de faire l'autruche.

@disasterpiece

tu as bien consommateurs industriels et distributeurs veulent le prix avant tout et si qualité superieur il y a ne pas la payer... et comme le syndicat majo est plutot pour la prostitution des agrciulteurs, comme depuis 2007 pas une vraie manif alors que :1 suicide par jour, grenelle plan ecophyto, sans dire un mot, because la droite etait au pouvoir, et à la premiere injonction europeenn sur les nitrates on a entendu le foll demission, oui on a compris la fd est au moins de droite, mais ce qui serait bien ce serait de defendre les paysans.... donc oui disasterpiece si ni consommateurs, ni industriels, ni gms, ni etat, ni representant de la profession vont dans le sens du paysan "de base" alors a quoi bon faire du lait pour gaver tous les petits cochons d'intermediaire et permettre au smicard d'avoir un iphone quand l eleveur ne fais pas un smic a bosser 70h semaines... il est a craindre qu'un jour les paysans ne retournent les armes contre eux , mais contre ceux qui essaient de les maintenir la tete sous l'eau

AOP

Si le consommateur veut être sûr de son achat, il existe des LOGO, comme le LOGO AOP qui certifie la provenance du produit d'une zone géographique particulière.

disasterpiece

Juste une question, je comprends pas comment les consommateurs et les distributeurs peuvent aider à fixer un prix du lait équitable vu que leurs seul souhait c'est d'avoir un prix du produit fini le moins cher possible ?

pietin113

Cela fait 4 ans que l'APLI le revendique au sein de l'OFFICE DU LAIT ,de mème que la presence d'un college consomateur et distributeur dans cette interprofession pour fixer un PRIX DU LAIT EQUITABLE.
Avec le temps,nos idées progressent...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier