Les céréaliers confirment leur engagement auprès des éleveurs

S C

Les céréaliers confirment leur engagement auprès des éleveurs
Ce fonds sera alimenté par une cotisation volontaire assise sur les céréales collectées.

Les conseils d’administration de l’AGPB (producteurs de blé), et de l’AGPM (maïs) ont confirmé hier l’engagement de création d’un Fonds de Solidarité Structurel céréaliers-éleveurs annoncé le 30 août dernier. Ils ont entériné le principe de l’alimentation de ce fonds par une cotisation volontaire assise sur les céréales collectées.

« A la suite de cette décision, des initiatives seront prises prochainement afin de déterminer avec les organisations d’éleveurs les modalités de gestion du Fonds et les catégories d’actions qu’il soutiendra » précisent les organisations de producteurs de blé et de maïs dans un communiqué commun.

En annonçant leur démarche, les céréaliers avaient mis comme condition première « la nécessité de produire plus». Ils avaient notamment demandé que la politique menée dans leur secteur leur permette de satisfaire à cette nécessité, tout en s’engageant à un moindre impact environnemental. Ils estiment avoir obtenu satisfaction puisque dans son discours d’hier au Space, le président François Hollande a réaffirmé que « toute l’agriculture française devait contribuer à nourrir la planète » et que la politique gouvernementale serait « tourner vers un objectif de production ». Le président de la république a également milité pour une révolution « doublement verte ». « Produire mieux et plus mais pas comme avant » a-t-il résumé.

Les céréaliers notent également avec intérêt les perspectives de refonte du mécanisme de lissage fiscal des revenus (Dotation Pour Aléas) annoncées.

« Les céréaliers démontrent une nouvelle fois leur solidarité avec leurs partenaires des filières animales et leur volonté de construire ensemble des actions structurantes pour l’avenir. Ils attendent désormais que les propos présidentiels se traduisent rapidement en décisions opérationnelles » ont déclaré Philippe Pinta, président de l’AGPB, et Christophe Terrain, président de l’AGPM.

Sur le même sujet

Commentaires 7

ras le bol des grognons

nan mais les gars vous rêvez avec vos 30 vaches
allez voir ce qui se passe dans le monde.
vous les éleveurs français vous n’êtes pas compétitif mais c pas a cause du prix des céréales

bobos

stop bla bla:les chiffres
source agreste RICA traitement ARVALIS
aides 2em pilier2013+aides couplées2013+dpu2013:moy france 325eur/ha
polyculture270eur/ha céréales oléo294eur/ha
mixte cultures élevage330eur/ha lait viande356eur/ha bov lait358eur/ha bov viande386eur/ha ovins caprins387eur/ha
il éxiste de grandes fermes céréalieres et des petites fermes d'élevages mais aussi de grandes fermes d'élevage et des petites fermes céréalieres ce n'est pas simple mais l'éfficacité économique n'est pas toujours affaire de surface ou de matériel rutilant.

marcel

les céréaliers qui commandent la fnsea,ont mis en place des c.v.o. aux éleveurs à tous les étages.Pour eux, ce sera une simple C.V. (pas d'obligation...). Par contre, un lissage fiscal? Les éleveurs n'en n'ont pas besoin! les céréaliers oui? fournissez des céréales à 110§\t ,ou bien, restituez vos aides!...là, je comprend le mot solidarité.

YOUPI

bonne nouvelle l'agriculture doit nourrir la planete ...supprimons les agrocaarburant stoppons le gachis faramineux de nourriture , mangeons plus raisonnablement de la viande on aura fais une bonne partie du chemin....quant a l'agpm ou agpb et autres tentacules de la fnsea qui sot ils pour decider seul

geo

j'attends de voir qui sera éligible à ce fonds...
Encore une belle ânerie. Tous les agriculteurs qu'ils vendent 10Ha ou 300Ha de maïs vont-ils contribuer de la même manière à ce fonds?
Et puis c'est évidemment une solidarité "intéressée", dans le but d'obtenir un maintien des aides PAC. Le mot "solidarité" n'est pas adapté!Une vraie solidarité aurait été que les céréaliers renoncent à 30% de leur PAC cette année!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier