Les éleveurs déterminés à se battre

Jean-Philippe Bouin

Les manifestants écoutent sur Europe 1 Xavier Beulin qui appelle à la levée des barrages mercredi soir.
Les manifestants écoutent sur Europe 1 Xavier Beulin qui appelle à la levée des barrages mercredi soir.

À l’appel de la FNSEA, des JA et de la FNB, les producteurs de viande bovine ont bloqué depuis dimanche plus d’une quinzaine d’abattoirs partout en France. La FNSEA 44 et JA 44 ont accompagné leurs collègues de Vendée et de Maine et Loire pendant 3 jours et 3 nuits.

Ils avaient prévenu le 12 mai dernier, à l’issue de la première table ronde nationale : « Si on n’obtient pas de revalorisation des prix, la prochaine action sera dure ». Les éleveurs de viande bovine ont tenu parole, avec l’organisation du blocage de plus de 18 sites d’abattage partout en France, pendant trois jours. « Détermination » sera sans doute le mot le plus entendu devant les grilles des abattoirs, tant la situation financière est compliquée dans les exploitations. La FNSEA estime que plus de 4 000 éleveurs se sont mobilisés pour faire entendre la colère des éleveurs.

« On n’a pas le choix »

Sur les sites de La Roche-sur-Yon et du Lion d’Angers, la mobilisation n’a jamais faibli entre dimanche et mercredi soir. Les éleveurs de la FNSEA 44 et JA 44 ont organisé les permanences par quarts de journée afin de concilier le travail dans les exploitations et la mobilisation syndicale. Jamais en dessous de 30 personnes, parfois jusqu’à 150, les éleveurs ont démontré que l’attente était énorme sur le terrain. « On ne sortira pas de l’action sans de réelles avancées » avaient prévenu les délégués viande bovine, notamment le chef de file de l’action en la personne de Mickaël Trichet, président de la section viande bovine de la FNSEA 44. « On n’a pas le choix : il faut tenir où on va tous y rester. »

Une réponse par le prix

Par cette action forte, les producteurs de viande bovine lancent un appel aux industriels privés et aux coopératives, qui ensemble représentent la quasi-totalité des opérateurs du secteur d’abattage-transformation. Ils attentent d’eux :
• La reconnaissance de la gravité de la crise qu’ils subissent, et la nécessité d’une réaction collective de l’ensemble de la filière ;
• Leur engagement ferme dans un processus immédiat de revalorisation des prix, assurant la reconstruction de la marge des exploitations avec prise en compte des coûts de production ;
• La mise en œuvre d’un ensemble d’actions-leviers (mise en avant de Viande de France, reconquête de la restauration hors domicile, socle qualitatif pour consolider la demande intérieure, action renforcée à l’export …) à même soutenir le prix de la viande.
Seule la table ronde prévue ce mercredi 17 juin au ministère a permis de lever les blocages par des annonces concrètes de l’ensemble de la filière. Reste aujourd’hui à s’assurer de la véracité de ces engagements par une traduction dans les prix pour ces prochaines semaines

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires