Les Entrepreneurs des Territoires affichent leur dynamisme et leur savoir-faire

Entrepreneurs des Territoires

La Fédération Nationale Entrepreneurs Des Territoires (FNEDT) a fait réaliser par Epsy, une étude nationale sur l’image des métiers des entrepreneurs. En effet, elle propose des postes sur tout le territoire.

Entre 2003 et  2010, le nombre d’entreprises de travaux agricoles et forestiers a augmenté de 8% et le nombre d’emplois salariés au sein des entreprises de travaux agricoles a progressé de 20%.

En 2010, les entreprises de travaux agricoles et forestiers emploient 73 303 salariés, et  aujourd’hui elles ont toujours besoin de main d’œuvre !

En effet, chaque année, entre  5 000 et 6 000 postes sont à pourvoir sur tout le territoire au sein des entreprises de travaux agricoles et forestiers.  

Pourquoi les jeunes ne répondent pas à ces offres d’emplois ? Pour le savoir, la FNEDT a fait réaliser en 2011 une enquête nationale auprès des jeunes en formation agricole. 957 d’entre eux ont répondu au questionnaire, dont un sur deux n’est pas issu d’une famille agricole. Le Cabinet Epsy, spécialisé en ressources humaines, fait ressortir plusieurs idées essentielles pour le devenir de la profession.

67,8% des répondants connaissent les entreprises de travaux agricoles mais leurs métiers et leur univers sont jugés moyennement attractifs. 34,6% des répondants connaissent les entreprises de travaux forestiers. 70% des jeunes interrogés déclarent avoir envie de travailler dans la filière des travaux agricoles et forestiers mais les demandes de stages sont insuffisantes.  

« Cette enquête permet de remettre les pendules à l’heure dans un domaine stratégique : la production agricole et forestière. Nos entreprises et la fédération nationale devons communiquer sur la diversité de nos activités et la modernité de nos métiers. » Explique Gérard Napias, Président de la FNEDT.  Samuel Leroy, entrepreneur de travaux agricoles à Meteren (59) emploie 4 salariés dont 2 ne sont pas issus du monde agricole, il détaille, « nous devons apprendre à gérer nos équipes pour les fidéliser,  pour maintenir leur savoir-faire et pour valoriser leur conditions de travail. » Et d’ailleurs pour 30% des jeunes en formation agricole, les EDT très formatrices, sont une première étape, par le biais du salariat, pour leur permettre d’acquérir un savoir-faire utilisable ensuite dans d’autres filières professionnelles. 49% d’entre eux pensent créer ou reprendre une entreprise d’ici moins de cinq ans.

Les jeunes qui s’orientent dans les entreprises de travaux agricoles et forestiers sont motivés par la passion et la diversité des machines et les clients.

Alors, pourquoi travailler dans une EDT? Pour la polyvalence et la diversité des activités, la mécanique et la technologie arrivent ensuite.

Et , pourquoi ne pas travailler dans une EDT ? Les freins classiques sont la pénibilité, la durée du travail et l’amplitude des horaires même si pour 67,3% il est possible de concilier vie personnelle et professionnelle.

Suite aux résultats de cette enquête, la FNEDT va lancer plusieurs pistes de travail en 2012. Il s’agit pour elle de mieux se faire reconnaitre auprès des centres de formation et d’orientation, et surtout de confirmer l’image de professionnels qu’elle a auprès des instances institutionnelles, des collectivités territoriales et surtout auprès de sa clientèle. 

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier