Les laiteries doivent favoriser les installations aidées

Avenir agricole et rural de la Haute Marne 52

Malgré un après-midi ensoleillé, une dizaine de JA se sont réunis pour la première commission lait du mandat. Gaëtan DHEU, nouveau responsable du dossier a invité pour l’occasion Edmond CLAISER, représentant JA au bassin. Agriculteur en Moselle, Edmond CLAISER participe à la conférence de Bassin depuis sa création.

Jeunes Agriculteurs

La commission lait comme le groupe lait JA Est a réaffirmé sa volonté de maintenir une politique installation dans la production laitière. Après l’arrêt des quotas, les JA souhaitent que les laiteries favorisent les installations aidées. Plusieurs entreprises ont déjà fait savoir leur soutien aux JA.

Bongrain s’engage à maintenir les volumes et à allouer des compléments en cas de nouveaux marchés avec une bonification JA. L’entreprise propose de garantir un prix avec une indexation sur le coût de l’alimentation.

Des contrats de 12 à 17 ans à destination des jeunes pourraient voir le jour (en discussion). Bongrain envisagerait une aide à la prise en charge à hauteur de 70 % du coût d’un vacher sur une période de 10 jours.

Ermitage et Sodiaal proposent eux aussi un litrage spécialement dédié aux JA. Le volume Ermitage dépendrait des besoins du PDE, quant à Sodiaal, on parle de  300 000 L/par installation dans la limite de 450 000 L/UTA. Une rétroactivité serait appliquée pour les installations de la campagne 2014-2015. Lactalis ne communique pas sa politique. Il est important que toutes les laiteries favorisent les installations aidées

Les JA pour une installation laitière soutenue

20 installations en lait ont été constatées en 2013 (données ODASEA 52). 10 en polyculture lait viande, contre 14 en 2012, 21 en 2011. Nous sommes loin des 35 installations lait de 2008.

La commission veut relancer une dynamique dans la filière lait. JA 52 veut y croire et préfère voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide.

Il y a de la place pour installer des jeunes dans cette filière et on peut constater qu’une majorité des industriels laitiers sont prêts à investir sur les JA. Un nombre important de producteurs sont proches de la retraite, il est impératif que le renouvellement des générations dans la filière se fasse.

Gaëtan DHEU et sa commission ne veulent pas encourager les jeunes à quitter cette production qui a une place prépondérante dans le département.

La Haute Marne est encore dotée de plusieurs outils industriels. L’atelier lait sur une exploitation permet une installation sans foncier. Le lait est une valeur ajoutée sur une exploitation comme pour le département. De plus, il enrichit le système d’exploitation grâce à la production de matière organique.

Le prix du lait est un élément primordial de la rentabilité des ateliers et ainsi une source de motivation pour attirer les jeunes dans cette production. Mais la commission veut aussi travailler sur d’autres variables que sont l’aide à l’investissement via le plan bâtiment qui doit être renforcé, mais aussi l’allégement des contraintes administratives et environnementales, le marché à terme lait, des outils juridiques adaptés…

Enfin, un travail de fond doit être réalisé en ce qui concerne la main d’œuvre sur les exploitations. Le coût dans un premier temps mais aussi la qualification des salariés (suivi de troupeaux, alimentation, robotisation….). Le Conseil Régional avait lancé une campagne de promotion de l’élevage en Champagne Ardenne. Elle doit être suivie d’actes en faveur de cette production.

Installation avant le 31 décembre avec les règles de Bassin

Pour bénéficier des règles actuelles (90 000 L pour une installation en supplément ou 60 000 L pour un remplacement d’associé avec reprise d’exploitation), les projets devront être validés en CDOA pour une installation effective avant le 31 décembre. Une trentaine de millions de litres de lait sont fléchés aux JA. En cas de reliquats, les JA pourraient être attributaires de quelques milliers de litres supplémentaires.

Un séminaire pour tracer une feuille de route

Les administrateurs JA se retrouveront à Dijon mi-avril pour leur traditionnel séminaire de début de mandat. Pendant deux jours, les responsables de la commission lait vont réfléchir comment mettre en place un plan d’action pour répondre aux revendications de la commission.

Lors du dernier groupe lait JA Est, Edmond CLAISER a souhaité laisser sa place à Joël GRAFTIAUX, JA de la Meuse.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier