Les mesures gouvernementales pour l'élevage financées grâce aux "réserves" du ministère

SC

Les mesures gouvernementales pour l'élevage financées grâce aux "réserves" du ministère

Les mesures du plan gouvernemental pour l'élevage annoncé cet été, qui relèvent du ministère de l'Agriculture pour l'exercice 2015, seront financées grâce aux crédits gelés en début d'année pour les dépenses extraordinaires des ministères.

"Il y a toujours des réserves de précaution: à Bercy, il y a des écureuils", a assuré le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll lors d'une conférence de presse.

Le gouvernement avait annoncé fin juillet un plan d'urgence pour l'élevage de 600 millions d'euros dont 100 millions d'annulations de charges et cotisations et 500 millions de reports, pour répondre à la crise traversée par les éleveurs bovins laitiers et porcins. Ce plan a encore été complété le 3 septembre par d'autres mesures fiscales et sociales.

155 millions d'euros relèvent du budget 2015

Sur l'ensemble de ces mesures, 155 millions d'euros relèvent du budget 2015 du ministère de l'Agriculture, dont les 100 millions d'euros du fonds d'allégement des charges (FAC) et la promotion à l'exportation de la viande française pour 10 millions d'euros.

Ce montant, qui sera présenté dans le projet de loi de finances rectificative de fin d'année, sera pris en charge par les réserves de précaution, selon le ministère.

Le renfort du soutien à la modernisation des exploitations annoncé par le Premier ministre le 3 septembre se traduit pour sa part dans le projet de budget 2016 par un engagement de 86 millions d'euros, contre 56 millions en 2015.

Un budget global réduit de 2,8%

Par ailleurs, le budget du ministère sera réduit en 2016 de 2,8% (3,1% hors charges de retraite) à près de 4,5 milliards d'euros, ce qui "n'obère pas la capacité d'intervention publique", souligne le ministère, expliquant que cette baisse est due à des transferts de financements et à la fin de certains mécanismes d'aide.

Stéphane Le Foll a souligné l'effort de réduction du déficit public réalisé par le ministère sur son budget de fonctionnement. "Depuis 2012 le total de la baisse des budgets de fonctionnement est de 13%", a-t-il déclaré.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires