Les mesures restreignant l'usage de pesticides près des lieux sensibles sont votées

Les mesures restreignant l'usage de pesticides près des lieux sensibles sont votées

L'Assemblée nationale a voté dans la nuit de mercredi à jeudi les mesures restreignant l'usage de pesticides près des lieux sensibles comme les écoles, après quelques retouches, dont la création d'une sanction.

"Le débat sur les 200 mètres est réglé, d'autant que cela n'a jamais été marqué dans la loi, et un équilibre a été trouvé pour protéger les personnes les plus vulnérables", a estimé le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll dans un hémicycle dégarni.

A la suite d'un amendement gouvernemental voté en commission et débattu dans l'hémicycle, le projet de loi sur l'agriculture, l'alimentation et la forêt subordonne l'épandage des pesticides (exceptés les produits à faible risque) près de lieux sensibles (écoles, centres hospitaliers, maisons de retraite, etc) à la mise en place de mesures de protection" telles que des haies ou des horaires adaptés.

Lorsque de telles mesures ne peuvent pas être mises en place, "l'autorité administrative détermine une distance minimale adaptée en deçà de laquelle il est interdit d'utiliser ces produits à proximité de ces lieux". Et lorsqu'un porteur de projets souhaite construire un établissement accueillant des personnes vulnérables (centres hospitaliers, centres de loisirs...) près de zones où des produits phytopharmaceutiques peuvent être utilisés, il faudra prévoir la mise en place de mesures de protection physique, comme des haies, et les intégrer au moment de la construction, prévoit un amendement UDI adopté dans l'hémicycle, identique à un amendement du gouvernement retiré à son profit.

Le gouvernement a aussi fait voter le principe d'une sanction en cas de méconnaissance de ces mesures.

Ces dispositions sont en deçà des revendications de l'association Génération futures, qui, pétition de 120.000 signataires à l'appui, réclame l'interdiction de l'épandage à proximité de toute habitation. Elles restent néanmoins excessives pour l'UMP, qui a notamment épinglé ceux qui "oublient la lutte ancestrale contre le parasite et le microbe ».

"Nous avons tous évolué sur cette question des produits phytosanitaires" au fil de connaissances prouvant "un lien direct entre l'utilisation de  produits phytosanitaires et la santé humaine", a souligné à l'adresse notamment de la droite le rapporteur, évoquant de récents rapports du Sénat et de l'Inserm ainsi qu'un appel de 1.200 médecins.

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 17

narthex


@ @narthex: c'est dommage , mais c'était juste pas le bon exemple à prendre.
Déjà votre appellation "bio pesticide " à base de cuivre est bizarre, les produits cupriques sont parmi les rares produits "conventionnels" utilisables en bio........après je n'avais pas cette info, mais est ce que ces produits ont été interdit au sein de la norme bio de ces pays, ou bien ont ils été interdits par les lois de ces pays en général, au quel cas je pense qu'ils ont aussi été interdits en "conventionnel"....
Merci de m'éclairer sur le sujet.
au passage il serait pratique que vous vous dotiez d'un pseudo pour que je puisse vous répondre........

@narthex

pourquoi alors certains pays ont interdit l'usage de bio pesticides a base de cuivre par exemple?

@@maraicher

Combien de tonnes de pesticides naturels vs pesticides synthèse
Combien de traitement avec, quelle classification

narthex

@ @maraicher: "parce que les pesticides naturels sont meilleurs pour la santé?"......la grosse différence c'est la rémanence entre la molécule naturelle qui n'a une durée de vie que de quelques heures , au pire quelques jours et la molécule de synthèse que l'on retrouve , pour certaines, plusieurs décennies après.
Ça fait une certaine différence non?

@maraicher

parce que les pesticides naturels sont meilleurs pour la santé?

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier