Les pesticides interdits dans les espaces verts dès 2016

S C

Les pesticides interdits dans les espaces verts dès 2016
800 tonnes de pesticides sont utilisés dans les communes pour l’entretien des espaces publics.

À l’occasion de l’examen du projet de loi biodiversité par la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée nationale, Ségolène Royal a fait adopter trois mesures visant à lutter contre les pesticides.

La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a fait adopter mercredi soir par les députés un amendement pour avancer de 2020 à 2016 l'interdiction des pesticides pour les traitements dans les espaces publics (écoles, jardins publics, espaces verts).

Elle a rappelé que près de 4.000 communes étaient déjà engagées dans cette démarche.

La ministre va demander aux Agences de l’eau d’accompagner les communes dans ce changement de pratique et de trouver des solutions pour celles qui souhaitent se débarrasser de leurs stocks de produits phytosanitaires chimiques. Aujourd’hui, on estime que 800 tonnes de pesticides sont utilisés dans les communes pour l’entretien des espaces publics.

« Cet engagement des communes permettra également à tous les jardiniers amateurs d’adopter de bonnes pratiques et aux jardineries d’informer les consommateurs sur l’existence de produits de substitution non polluants et de moyens mécaniques de désherbage » explique-t-elle. Le ministère a d’ailleurs éditer un Guide à cet effet :   le « Guide pour jardiner+ nature ».

Faciliter la commercialisation de produits naturels

Pour faciliter l’utilisation de produits naturels pour le traitement des plantes, Ségolène Royal a également fait inscrire dans le projet de loi la reconnaissance des produits de traitement des plantes et des engrais d’origine naturelle. Ces substances naturelles pourront être mises sur le marché rapidement.

Interdire définitivement de l’épandage aérien

Enfin, Le gouvernement a fait adopter un autre amendement visant à interdire totalement l'épandage aérien des pesticides dans l'agriculture, en bannissant la possibilité existante de dérogations après décembre 2015.

Cet arrêté  permettra de suspendre l’épandage aérien de pesticides pour l’ensemble des cultures qui pouvaient jusqu’à présent bénéficier d’une dérogation : sans délai pour le maïs doux, maïs pop-corn et bananes ;  dans 18 mois pour quelques cultures spécifiques de riz et de certains vignobles, pour lesquels il est nécessaire de trouver une alternative garantissant la sécurité des utilisateurs.

Source Ministère de l'Ecologie

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier