Les prix agricoles à la production diminuent

Les prix agricoles à la production diminuent

En août, les prix payés aux producteurs baissent globalement de 1,6% par rapport à juillet 2014, d'après les chiffres de l'INSEE. Sur une année, ils sont en diminution de 4,4 %. Une baisse qui frappe surtout les pommes de terre mais aussi les fruits, les céréales et les animaux.

céréales2

En raison de l’abondance des réserves mondiales, le prix des céréales continue de diminuer en août (-3,6% sur un mois, -7,1 % sur le trimestre). Les fortes récoltes cet été de blé et de maïs, en Europe et aux États-Unis, alimentent des stocks déjà élevés.

En raison d’une production également soutenue à l’échelle mondiale, le prix des oléagineux continue lui aussi de baisser (-13,3 % sur le trimestre).

Même constat pour l’ensemble des vins (-1,5% sur un mois). Cependant, le prix du vin augmente de 11,3% sur un an (+16,8 % pour les vins d’appellation), en raison de la faiblesse des récoltes depuis deux années.

Le prix du melon en hausse

légumes

Contrairement aux attentent le prix moyen des légumes est en revanche en hausse (+3,1 % sur un an). Le prix du melon augmente fortement sous l’effet de rendements amoindris par une météo maussade. Le temps peu ensoleillé n’a semble-t-il pas freiné sa consommation. Il a pénalisé en revanche la demande d’autres légumes d’été consommés frais, comme la tomate ou le concombre, et encouragé le report vers la courgette, légume d’été consommé cuit.

Par contre, Le prix des fruits frais baisse fortement (-22,1 % sur un an). Les abricots et les pêches abondent cette année, tandis que la consommation est modérée, en lien avec le temps maussade cet été. La poire d’été s’écoule difficilement : l’offre est trop précoce cette année pour rencontrer pleinement la demande, tandis que l’embargo russe limite ses débouchés (la Russie était un des premiers débouchés à l’export pour la poire d'été française).

Le prix de la pomme de terre chute de moitié 

Le prix de la pomme de terre chute de moitié par rapport à l’année dernière. Il s'agit d'un retour à la normale : la récolte de 2012 avait été très faible en Europe du Nord-Ouest, d’où une forte hausse des prix en 2013.

bovins

En données corrigées des variations saisonnières, le prix des animaux poursuit sa baisse en août (-1,6 % sur un mois, -4,4 % sur un trimestre). Le prix du porc décroît sensiblement (-4,6 %) : l’offre subit la concurrence nord-européenne tandis que l’embargo russe en limite les débouchés. En outre la consommation de viande de bœuf est peu dynamique ; cela se traduit par une baisse sensible du prix des

Bovins (-0,6% sur le mois, -6,3 % sur un an).

Le prix d’achat des moyens de production diminue

moyens de prod

En août, le prix des consommations intermédiaires baisse également légèrement de 0,5 %. La baisse la plus importante concerne  les prix des aliments pour animaux  (1,4 % sur un mois, -6,6 % sur un an). En revanche, le prix des biens d’investissement augmente légèrement (+0,2 %).

Source INSEE

Sur le même sujet

Commentaires 22

Rico


@ sans pseudo:
Oulala, non, rien compris, je ne propose pas de modèle. J'exprime juste un avis en l'illustrant d'exemples qui ont cours chez moi et qui me permettent bon an, mal an de m'en sortir à priori moins mal que bon nombre de gens qui commentent ici. Quand on ne s'en sors pas, c'est peut etre parfois parce qu'on a pas pris le bonne direction et parfois il y a de bonnes idées à copier ailleurs. Pour ce qui est des 100h, en effet il y a peut etre des semaines qui s'en rapprochent un peu mais il y a aussi des semaines moitié moins chargées; c'est le métier qui le veut quoi qu'on fasse il y a toujours une periode ou l'activité augmente grandement, je ne connais pas une exploitation qui y echappe.
Travail dissimulé? Par ici, avec un contrat saisonnier en bonne et due forme je ne vois pas trop qui dissimule le travail de qui et il semblerait que la msa non plus néanmoins si elle le considère comme tel chez vous je comprends que vous puissiez lui en vouloir!!
Je ne plains pas les gens aux 35h, je mentionnais simplement le fait que j'ai entendu bon nombre de gens me dire qu'ils ne seraient pas contre travailler plus longtemps et pouvoir prétendre à meilleur salaire. Tous les gens qui sont en 35h ne le sont pas forcément par choix et n'en sont pas forcément satisfaits.
Je ne suis pas non plus de ceux pour qui temps libre veut dire voyage aux Seychelles mais ne serait ce que pour bricoler chez soi il faut néanmoins un budget..... par ici en tout cas! Et d'une manière générale l'ouvrier ou l'employé de bureau qui a un apart est assez souvent obligé de prevoir un bout de semblant de budget pour faire quelque chose de son temps libre.
Je n'ai nulle part dit que je n'avais pas d'argent; nous reussissons à dégager de quoi payer la plupart des factures sans avoir à trop solliciter la banque. Les animaux arrivent à manger, nous aussi, les réparations du matériel sont à peu près à jour, l'école des enfants est payée; il y a eu un petit apport pour le permis de ma fille, j'essai de faire en sorte qu'il y en ait un pour celui du fils également, si le chauffe eau ou le frigo nous abandonne demain il sera possible d'en changer sans que la banque en soit l'actionnaire majoritaire; bref nous ne sommes pas sans le sou mais nous n'avons pas non plus de quoi acheter une voiture dans l'instant ou acheter des chaines d'alimentations automatiques ou payer un autre salarié non plus. Me concernant, je ne suis pas devenu agriculteur pour faire fortune mais pour pouvoir vivre et faire vivre grâce à quelque chose que j'aime (ce qui n'est pas donné à tout le monde!). De mon point de vue quelqu'un qui se lance dans l'agriculture dans le simple but de gagner de l'argent (avec l'image qui a été collée aux cerealiers de la Marne, la Beauce ou autre qui parle de peu de boulot pour beaucoup d'argent) sera, vu la conjoncture toujours frustré mais il y a des places à l'usine.... ah non c'est vrai elles aussi elles ferment....


@ sylvano:
Oui à la relecture il m'a bien semblé que quelque chose était mal passé. Non non, comme je le disais pas de dénigrement, d'une part ça ne m'apporte rien, ce n'est pas constructif; et d'autre part je ne connais pas les situations de tout le monde pour me permettre de dénigrer qui que ce soit. C'est certain que les mises aux normes ne simplifient pas la vie, c'est pour cela que je parlais de la reflexion sur son projet; commencer avec une production qui permette de financer petit à petit la suivante ou je ne sais pas trop; faire le travail à façon avec quelqu'un qui a déjà un peu de matériel en attendant d'avoir le sien. Je ne dit pas que c'est faisable pour tout le monde je dis juste qu'on voit tout de même quelques situations ou cela aurait permis d'amoindrir certains problème liés à la trésorerie. Comme je l ai ecris ce n'était pas pour généraliser à l'ensemble de la profession, seulement j'ai pas mal d'exemple en tête et que si cette proportion à l'echelle du territoire et la même que dans le secteur ça fait tout de même pas mal de personne qui pourrait moins difficilement s'en sortir. En tout cas merci pour la réaction; bonne continuation avec les biques et bons semis si la pluie vous le permet!

@ motte5789:
c'est vrai que c'est pas le plus chouette des pseudos mais c'est tout de même mieux que si vous n'en aviez pas pour vous réppondre ;-) Avant chaque commentaire vous devriez pouvoir mettre celui qui vous plait dans la petite case.
De quoi disposez vous en terme de poulailler(s)? Pourquoi pas un système de lots qui permettrait d'en avoir toujours un sur l'exploitation pendant le vide sanitaire du précédent? Ou encore de petits lots de volailles de chair mis en place en décallé pendant que vous avez votre lot de pondeuses pour toujours avoir des produits à vendre sur le marché et ainsi une trésorerie en continu si vous avez un abattoir à proximité? je suis conscient que ce ne sont pas des idées à effet immédiat et qu'elles ne sont peut etre pas applicables à votre exploitation; j'en suis désolé mais qu'en pensez vous? Bon courage en tout cas.

narthex

@ "@narthex": eh oui cela prend du temps....mais la différence de prix entre vente direct et vente à un grossiste absorbe dans la plupart des cas le surcout de Md'O.
"ou alors tu vends via la ruche qui dit oui et tu engraisses des entrepreneurs comme niel etc...." ou alors tu prend des parts dans un magasin de producteurs, tu monte ou tu rejoins une amap, tu trouve une place de marché, tu fais une vente à la ferme....;les solutions sont nombreuses et il en reste surement à inventer

@rico

voila le modele que propose rico au paysan pour qu'ils se sortent les doigts ( comme il dit) et qu'ils arretent de rester dans la fosse a purin
travailler 100 h par semaine , faire du travail dissimulé en faisant bosser ses enfants ( chose qui est chasser par la msa en ce moment meme dans les marches ou les inspections se multiplient) , ne jamais prendre de vacances et gagner juste de quoi vivre ......youpiiiiiiiiiiiii
si ca te plait tant mieux , mais n'en vient pas jusqu'a plaindre les gens qui aux 35h ont du temps libre mais ne peuvent pas en profiter par manque d'argent ( je connais plein d'activité gratuite ou presque , se promener en foret , apprendre a ses enfants a a reconniatre les arbres ou a bricoler,faire du velo, jouer au ballon , je ne parles pas de cette obligation de la société ou tout le monde doit partir en week end ou avoir un abo en salle de fitness a 500 euros l'année je parles de loisirs simples)
et la bonne nouvelle c'est que toi visiblement tu as pas d'argent , mais c'est pas grave car tu n'as pas de temps libre pour le depenser
continuons comme ca a bosser pour rien a produire de la nourriture qui devrait etre payer pendant que les autres csp
je crois que certains sont tellement enfermé dans leur ferme qu'is ne se rendent pas compte que travailler 35h/semaine ce serait un loisir pour bon nombre d'agriculteur tellement c'est equivalent a ne rien faire , mais il faut bien que certains bossent pour ceux qui flanent.... imaginez seulement s'il fallait mettre des salaries pour remplacer le boulot fait par les agriculteurs , il faudrait 2 salariés 2 et1/2 voir 3 salariés pour faire le meme nombre d'heures autant dire que si c'etait un service public le cout de la nourriture serait faramineux et surtout qu'en un an meme pas la structure ferait faillite

@narthex

pas faux mais ca reclame du travail en plus et on peu rajouter que si tout le monde s'y met les prix vont chuter de fait c'est une niche ou alors tu vends via la ruche qui dit oui et tu engraisses des entrepreneurs comme niel etc....qui compte se faire bcp de pognon avec ce systeme qu'il decline dans d'autres pays europeen
une reine qui fait le sale boulot , et eux qui encaissent le pognon sans rien faire , un bon modele economique les paysans se feront donc tjs b.....

Sylvano

Effectivement c'est le dénigrement des collègues qui me dérangeait. je comprends ton point de vu, mais étant récemment installé en caprin et céréales, nous avons étudié la possibilité de transformer une partie du lait à la ferme. Hormis les connaissances en transfo qu'il aurait fallu acquérir, il fallait tout de suite investir dans une fromagerie aux normes européenne de plusieurs dizaines de milliers d'euros avant d'avoir vendu le premier fromage, forcément ça calme.
Je pense qu'un éleveur qui souhaitait démarrer cette activité dans les années 1980 aurait pu commencer sa fromagerie dans un mobil home ou autre, (j'en connais) sans trop investir et sans être dérangé par les contrôles, aujourd'hui il faut tout de suite être nickel. Du coup on a tendance à intensifier l'élevage et d'autant plus pour diluer le coût des mises aux normes. Et là je te rejoins, il faut savoir s'arrêter dans les investissements

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier