Les producteurs de lait ne doivent pas avoir honte de la hausse actuelle”

Patricia Olivieri, Fabien Giraud

Les producteurs de lait ne doivent pas avoir honte de la hausse actuelle”

La recommandation à la hausse sur le prix du lait est pleinement justifiée pour Chantal Cor, présidente de la section laitière de la FDSEA.

Étrange paradoxe que celui des producteurs laitiers, qui, renouant avec des perspectives économiques enfin plus favorables, semblent pour l'heure contraints à une explication de texte vis-à-vis des consommateurs. Fin avril, le Cniel (Centre national interprofessionnel de l'économie laitière) a proposé une recommandation sur le prix du lait du second trimestre 2008 en hausse de 63,80 euros / 1 000 litres par rapport au même trimestre de 2007, soit plus de 25 % d'augmentation. Chantal Cor se réjouit de cette bonne nouvelle, tout en la jugeant « indispensable pour faire face à l'augmentation considérable des charges des producteurs laitiers ».

Une revalorisation

« Entre l'alimentation de nos animaux et le prix du gasoil, poursuit-elle, ce lait a coûté très cher à produire, et ce d'autant plus avec la mauvaise qualité des fourrages utilisés cet hiver. Même avec d'éventuelles conditions climatiques plus favorables, la complémentation reste indispensable pour nombre d'élevages. Quant aux systèmes de production tout à l'herbe et au foin, ils vont eux aussi subir de plein fouet l'envolée du prix du carburant pour la période de fauche et récolte ». La présidente de la section laitière de la FDSEA veut faire preuve de pédagogie, et affirme : « Les producteurs laitiers ne doivent pas avoir honte de retrouver un prix du lait plus en phase avec leurs charges et la réalité du marché. Cette revalorisation était devenue vitale pour leur redonner confiance et moral ».

« Pas les seuls responsables de l'inflation des prix »

Cette recommandation pèse à l'inverse sur les entreprises de l'aval de la filière. Face à cet argument, Chantal Cor se défend et contre-attaque : « L'index servant aux recommandations nationales sur le prix du lait, vivement critiqué quand la conjoncture était moins bonne, permet aujourd'hui de traduire ces hausses sur la paye des producteurs. D'ailleurs la majorité des entreprises s'est engagée à suivre cette indexation nationale. Il faut arrêter de laisser penser aux consommateurs que les producteurs seraient les principaux responsables de l'inflation du prix des produits laitiers et menaceraient le pouvoir d'achat de leurs concitoyens. On l'a beaucoup entendu et lu dans les médias, mais il faut marteler que le lait ne représente qu'une composante des produits laitiers transformés. Et quand le prix du lait payé aux producteurs était au plus bas ces dernières années, on n'a jamais vu le prix du yaourt baisser... ».

Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source journal L'Union du Cantal »

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires