Loi Grenelle 1 : Des amendements controversés

SC avec AFP

L'examen de la loi Grenelle 1 a débuté hier au Sénat. Des associations s'insurgent contre des amendements visant à limiter l'impact de la loi en matière de réduction de l'usage des pesticides en agriculture.

Voté en octobre à la quasi-unanimité par les députés, le texte ne devait donc pas susciter de crispation particulière chez les parlementaires. Sauf que la Chambre a déposé pas moins de 700 amendements. Certains, visant notamment à affaiblir l'objectif de 50% de réduction des pesticides, font polémique.

L'amendement 490 (déposé par le sénateur de Lot-et-Garonne Daniel Soulage, soutenu par le Groupe Union centriste) vise à introduire des exemptions à l'objectif de réduction de moitié de l'usage des pesticides, notamment pour les cultures dites « mineures ».

Le Mouvement pour le respect des générations futures (MDRGF, qui coordonne un réseau d'une centaine d'organisations, s'inquiète également de l'amendement 228 déposé par les sénateurs communistes. Cet amendement viserait à supprimer l'objectif chiffré de 50% de réduction de l'usage des pesticides. Enfin, dans l'amendement 678, d'autres sénateurs refusent que le texte prévoie le retrait des pesticides les plus préoccupants en fonction de leur dangerosité pour l'homme et veulent simplement renvoyer à la notion de substitution entre produits, définie au niveau communautaire.

« Nous espérons que le Sénat saura préserver l'équilibre du texte en ne soutenant aucun de ces amendements rétrogrades », commente François Veillerette, président du MDRGF. Il estime que leur adoption au Sénat «constituerait une véritable provocation».


Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier