Loire-Atlantique-La disparité des maïs se confirme

Catherine Perrot

Loire-Atlantique-La disparité des maïs se confirme
20170824_502AGROmais.jpg - ©

Les suivis des maïs dans le cadre d’une opération conjointe des chambres d’agriculture et d’Elevage conseil Loire Anjou confirment la grande disparité des stades et des potentiels.

« Les beaux maïs situés derrière l’entreprise ne sont pas encore récoltés. Cette semaine, nous faisons surtout des chantiers pour des éleveurs manquant de nourriture », décrit Frédéric Lecoq, gérant de l’entreprise Lecoq de Moisdon la Rivière.
La tendance semble être la même un peu partout sur le département : « Ce sont surtout des chantiers de soudure qui ont lieu», décrit Freddy Bodin, animateur des EDT des Pays de la Loire, qui souligne aussi qu’il y aura, sans doute à partir de la semaine prochaine, « des maïs exceptionnels ». Avec hélas aussi, des maïs très médiocres. «  La Loire-Atlantique est  le département de la région où les disparités sont les plus fortes », poursuit l’animateur.
Ce que confirme aussi Florian Cochet, conseiller en agronomie d’Elevage conseil Loire-Anjou, responsable du « suivi des matières sèches maïs », opération menée en partenariat avec les chambres d’agricultures (mesures du 21/22 août consultables ci-dessous) : « On constate de  grosses disparités au niveau de l’avancement et du potentiel car les pluies de l’été étaient principalement issues d’orage et donc localisées.  Les maïs ont environ deux semaines d’avance par rapport à une année classique. »
Cette semaine, les maïs ont globalement connu un avancement logique d’environ 3 points. Le conseiller prévient :' Attention
au maïs en stress hydrique qui arrive en fin de course et qui pourrait avoir un
« coup de feu », c’est-à-dire un dessèchement accéléré de la plante
surtout avec des variétés dentées pur (indice à partir de 300 uniquement)'.

Source Agri44

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier