Loire-Atlantique – La Poec permet de trouver un emploi stable

Ghislaine Daniel

Loire-Atlantique – La Poec permet de trouver un emploi stable
20170109_FormationPoecStagiairesChezAdrienRobinMoisdonLaRiviere06012017.jpg - © chambre d'agriculture de Loire-Atlantique[SEP_CREDIT]

La Préparation opérationnelle à l’emploi collective (Poec) permet à des demandeurs d’emploi de bénéficier d’une formation nécessaire à l’acquisition des compétences requises pour occuper des emplois correspondant à des besoins identifiés.

La chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, avec la MFR de Carquefou, a mis en place un parcours de formation en élevage laitier issu du dispositif de la Poec.
Ce parcours « Poec Élevage laitier » – résultat d’un appel à projet du Fafsea et mise en action par la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique en partenariat avec la MFR de Carquefou – a pour objectif, durant six semaines de formation pratiques et théoriques, de conforter l’expérience de jeunes travaillant déjà occasionnellement dans le domaine de l’élevage laitier, pour qu’ils puissent trouver plus rapidement un emploi stable.

Six semaines intenses

Les stagiaires ont alterné temps pratique et apports techniques dans les domaines de :

  • la traite
    et de la qualité du lait ;
  • la conduite et l’entretien d’un automoteur ;
  • la conduite et le réglage du matériel d’élevage ;
  • l’alimentation du
    troupeau ;
  • les soins aux animaux et leur contention ;
  • le suivi de la
    reproduction ;
  • et l’élevage des génisses.

Comme le disent Pauline et
Antoine, « on ne s’attendait pas à avoir autant d’alternance entre
explications techniques et mise en pratique. Cela nous a permis de
prendre davantage confiance en nous. D’ailleurs, on répétait le geste
jusqu’à ce qu’il soit maîtrisé. »
Au bout de trois semaines, les
stagiaires se sont retrouvés en binôme dans trois exploitations, pour
faire un bilan intermédiaire d’une journée.
Guillaume et Sophie Duret
ont apprécié ce travail d’agri-formateurs sur site : « L’intérêt de ce
parcours est que l’on a affaire à des jeunes motivés, ce qui permet de
les mettre en situation d’autonomie en leur donnant les consignes et en
les observant pratiquer. C’est souvent un manque de confiance qu’ils
ont, alors que le geste est bien fait et la prise du poste bien
mesurée. »
Ces jeunes sont conscients que leur manque
d’assurance les pénalise à l'embauche : « Travailler dans une
exploitation, c’est une grande responsabilité : on ne veut pas faire
d’erreurs comme mettre le lait d’une vache traitée aux antibiotiques
dans le tank à lait ! », disent de concert Antoine et Pauline.
Pour
cela, ils font un appel : « Lorsque l’on prend un poste, il faut que le
patron nous fasse confiance et, surtout, accepte que l’on pose des
questions car, pour nous, c’est important de bien faire notre travail. »
Ce message traduit bien l'esprit sérieux et volontaire de ces jeunes.
« Le groupe est très impliqué », rapporte Damien Pledel, conseiller technique Machine à traire à la chambre d’agriculture de Loire-Atlantique, qui est allé jusqu'à simuler des pannes et des anomalies sur la machine à traire pour que les stagiaires détectent un problème de fonctionnement.
Ce
parcours de formation se termine par un job dating, une mise en situation de recherche d’emploi immédiate
pour que ce parcours permette à ces jeunes de trouver un travail stable.

Source Agri44

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier