Loire : La Confédération paysanne met fin à son action

La Confédération paysanne a levé son blocage dans le centre de Saint-Etienne (Loire), après avoir obtenu de rencontrer le ministre de l'Agriculture et le président de la Fédération nationale des coopératives laitières (FNCL).

« Nous avons levé le barrage hier à 20H15 et nous allons enlever en fin de matinée la ferme provisoire installée depuis 13 jours dans le centre de la ville », a déclaré Philippe Marquet, secrétaire général du syndicat agricole dans la Loire.

Une trentaine de militants de la Confédération paysanne bloquait le trafic des tramways dans le centre de Saint-Etienne depuis lundi à 14H00, avec une douzaine de vaches, selon des sources policière et syndicale.

Plusieurs représentants du syndicat, dont M. Marquet, seront reçus par le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, à Paris. « Nous allons notamment faire des propositions au ministre dans le cadre de son projet de contractualisation des relations entre producteurs laitiers et industriels, dont le projet de mise en oeuvre au 1er janvier nous paraît bien trop rapide », a-t-il expliqué.

Selon l'organisation agricole, la contractualisation permettrait aux coopératives et aux industriels d'acheter le lait à un prix qu'ils fixeraient eux-mêmes, et à condition que les producteurs leur achètent les aliments pour le bétail, les semences et les produits d'hygiène pour les machines à traire.

Cette levée du barrage était également « liée à l'obtention d'une réunion, le 7 septembre, à la préfecture de la Loire, entre une délégation de 50 producteurs laitiers de la Confédération paysanne et Gérard Budin », le président de la FNCL, a ajouté Philippe Marquet. Cette rencontre était la principale revendication des militants, qui ont multiplié les actions depuis plusieurs semaines pour attirer l'attention sur la baisse du revenu agricole et notamment du prix du lait (occupation de laiterie, détournement de camions-citernes, séquestration de technicien).

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier