Manifestation du 3 septembre : les principales revendications des agriculteurs

S C

Manifestation du 3 septembre : les principales revendications des agriculteurs

A l’appel de la FNSEA et des JA, les agriculteurs de france convergent avec leurs tracteurs vers Paris pour rejoindre la capitale demain à l’aube. Retour sur leurs principales revendications et attentes.

Renforcement du plan d’urgence

Les agriculteurs, confrontés à une crise sans précédent, notamment dans la production porcine, demandent d’abord un renforcement du plan d’urgence annoncé par le Gouvernement fin juillet. Ce plan comprend déjà 100 millions d'annulations de charges et cotisations et 500 millions d'euros de reports. Les éleveurs réclament un allègement supplémentaire de leurs charges sociales et le renforcement de la prise en charge ou du report des intérêts d’emprunts.

A plus long terme, les syndicats réclament des aides à la modernisation des entreprises. Selon Xavier Beulin, et d’après des données de l’office agricole FranceAgriMer, l’ensemble des filières agricoles a besoin d’investir 3 milliards d’euros pour se mettre au niveau des concurrents européens.

Moins de charges et une fiscalité innovante

Les agriculteurs attendent des mesures concrètes sur les charges réglementaires et financières qui, selon eux, pèsent sur les exploitations françaises. « L’agriculture peut regagner de la compétitivité par une fiscalité innovante et ambitieuse » assurent-ils. Selon la FNSEA, plusieurs mesures à court terme sont possibles pour renforcer les fonds propres des entreprises. C’est le cas notamment de la  CICE qui, pour l’instant, ne profite pas aux exploitations agricoles. Cette mesure leur permettrait d’alléger les charges salariales des exploitations.  "Le chef de l'État et le Premier ministre ont pris en compte notre demande particulière sur le CICE ", a affirmé  Xavier Beulin.

Moins de normes, plus de prix

Les éleveurs, mais aussi les céréaliers, réclament plus de prix et moins de normes, pour l’avenir de l’ensemble des exploitations françaises. Ils demandent un moratoire d’un an sur les nouvelles réglementations, un retrait des projets de texte réglementaire en cours de rédaction et l’absence de nouvelles normes sauf s’il s’agit d’alléger les dispositifs existants.  

Les céréaliers reprennent les  demandes de la FNSEA pour un moratoire sur les normes, notamment environnementales,  et une fiscalité innovante, et la Fop condamne « l’accumulation de contraintes qui brident toute volonté d’entreprendre et menacent leurs capacités à satisfaire marchés et débouchés ».

Tous réclament que le gouvernement relance la pression sur les industriels et distributeurs pour rehausser les prix d’achat aux éleveurs et qu'ils respectent l’accord de revalorisation des prix du 24 juillet .

Des mesures européennes

Au niveau européen, les agriculteurs réclament des mesures pour soutenir  les prix et notamment : le relèvement du plafond d'intervention sur le lait en poudre et le beurre, d’avantage de stockage pour certains produits alimentaires (fromage…). Mais aussi un soutien de l’UE pour faciliter les  exportations de lait et de viande, des efforts supplémentaires pour rouvrir le marché russe et la possibilité d’étiqueter l’origine des viandes des produits transformés.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a déjà indiqué que des annonces seraient faites le 3 septembre. Mais il souligne aussi que la crise est liée à un excédent de production sur le marché européen pour le porc, ou à un excédent mondial, pour le lait, et qu'il faut donc agir au niveau communautaire. La France a d'ailleurs demandé la réunion d'un conseil européen extraordinaire des ministres de l'Agriculture, le 7 septembre. La FNSEA a déjà prévu une autre mobilisation ce jour-là à Bruxelles. La Confédération paysanne y sera aussi, mais elle a refusé de s'associer aux mouvements des syndicats majoritaires et organisera ses propres actions en régions.

 

Sur le même sujet

Commentaires 3

kate

je vois les prix de la viande bovine baisser ;c'est fini ? on se couche déjà?tout ça pour rien?

pietin 113

L'APLI et la CR seront également présentes à Bruxelle pour ne pas les citer...

payculteur

Pour baisser les charges il faut peut être revoir vos choix....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier