Manifestation : la Coordination rurale dénonce une "prise d'otages"

Manifestation : la Coordination rurale dénonce une "prise d'otages"
La CR était reçue à l'Elysée la veille de la mobilisation agricole (photo Elysée)

Le président de la Coordination rurale (CR), deuxième syndicat agricole, dénonce une "prise d'otages" dans la mobilisation organisée aujourd’hui par la FNSEA et les JA.

La CR était reçue à l'Elysée juste avant l'autre syndicat minoritaire, le Modef, à la veille de la mobilisation agricole.  "Cette déferlante de tracteurs va faire des dégâts pour notre profession. On va prendre en otage notre 'ventre', les gens qui mangent à Paris et qui ont encore de la sympathie pour nous", a déclaré Bernard Lannes, à l'issue d'une rencontre avec le président de la République à l'Elysée.

M. Lannes a expliqué à François Hollande que son syndicat se "désolidarisait totalement du déploiement de force du roi Beulin (président de la FNSEA, ndlr), avec sa casquette de groupe à 7 milliards", allusion au groupe Avril, leader des huiles en France, que préside Xavier Beulin.

 

Le président de la Coordination rurale rejoint toutefois les revendications de la FNSEA sur un point: la demande d'une "année blanche" pour les agriculteurs très endettés, leur permettant par exemple de rembourser en onze ans un prêt initialement prévu sur dix ans.

 

La CR manifestera à Bruxelles lundi

Contrairement à la FNSEA, la CR ne demande pas un moratoire d'un an sur les normes environnementales: "on a seulement demandé de revenir à des normes acceptables et d'arrêter l'escalade des règles", explique M. Lannes, qui dit s'attendre à des "annonces" de l'exécutif jeudi sur ce thème.

La CR manifestera pour sa part lors du conseil européen agricole organisé à Bruxelles lundi, pour demander notamment une "régulation du prix du lait".

De son côté, le Modef a jugé l'entretien "positif" avec François Hollande, selon le secrétaire général Raymond Girardi.  "L'essentiel pour nous était d'insister sur un prix rémunérateur et la revalorisation du revenu agricole", a-t-il indiqué.

Le Modef a demandé, sans obtenir de réponse ferme, une revalorisation de l'aide immédiate en faveur des exploitations les plus vulnérables, annoncée en juillet au plus fort de la crise de l'élevage, de 100 millions à 300 millions d'euros. Il souhaite aussi l'exonération fiscale sur le foncier pour les jeunes exploitants récemment installés.

Autre revendication : que la surdotation des petites exploitations (aides supplémentaires pour les exploitations de moins de 52 hectares), prévue dans la Politique agricole commune (PAC), soit effective dans les deux ans.

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

le poulet

les éleveurs font le travail le plus ingrat de la profession et se sont ceux qui gagnent le moins ,trouvez -vous ça normal? Pendant ce temps les céréaliers partent à la retraite avec des millions d'euros de capitaux ,ou est le problème d’après
vous?

y87

ft 76 comment un président de syndicat peut etre président d'un groupe industriel ????

Vince

FT 76. Avant de donner des leçons, il faut se poser les bonnes questions?? Mr Beulin est un industriel qui fait creuver les paysans à petit feu et tt le monde se met à genoux devant lui...

fairytales

revoila le spectre de la division agité comme un chiffon , enfin on le sait qui est co responsable de la situation ca veut jouer les fiers a bras a nourrir le monde en attendant au pays des 35h certains en font 80 pour pas un rond pendant que d'autres les regardent bosser en profitant bien de leur temps libre , les suicides sont massifs, le nombre d'agriculteur ne cesse de decroitre a vitesse grand v , le mouvement n'est pas d'aujourd'hui et que ceux qui sont aux manettes prennent leur responsabilité quand on se rensigne un peu sur la co gestion et la tranposition relementaire on apprend que LE syndicat n'est pas etranger a certaine usines a gaz administrative
alors la question de la division s'il y en a un qui fais des "co...ries" depuis 50 ans alors il faut le suivre en belant comme papa?

FT 76

Au regard de la crise que traverse la profession, comment un président de syndicat agricole peut-il tenir de tels propos devant des politiques?? De toute évidence, il est soit incompétent ou il ne comprend rien à rien. Ses interlocuteurs n'attendent qu'une chose, que la profession se divise. Messieurs les adhérents de la coordination rurale aux prochaines élections au sein de votre syndicat n'hésitez pas à faire le ménage, il y a urgence!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier