Méthanisation: le gouvernement annonce des mesures pour développer la filière

Méthanisation: le gouvernement annonce des mesures pour développer la filière

Le ministère de la Transition écologique a annoncé lundi une série de mesures visant à accélérer le développement de la filière de la méthanisation.

Ces 15 propositions sont issues d'un groupe de travail créé en février et piloté par le secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu. La méthanisation permet de produire du gaz - à partir de la fermentation de résidus de l'agriculture ou de déchets ménagers notamment - qui peut être ensuite injecté dans le réseau gazier ou être brûlé pour produire de l'électricité. "La méthanisation est un des outils qui permet de verdir le gaz", a souligné M. Lecornu lors d'une conférence de presse, alors que la loi de transition énergétique fixe l'objectif que 10% du gaz soit d'origine renouvelable en 2030. "C'est un objectif qui nous semble atteignable, il peut même être dépassé, à la seule condition qu'on prenne le problème par le bon bout", a-t-il affirmé.

"Guichet unique"

Les mesures proposées doivent notamment permettre de simplifier les démarches administratives afin d'accélérer la mise en place de projets de méthanisation. Le gouvernement souhaite ainsi réduire les délais d'instruction des projets de un an à six mois et relever le seuil applicable à la déclaration des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) à 100 tonnes par jour, au lieu de 60. Ces installations classées, en raison des nuisances ou des risques qu'elles présentent, sont soumises à de nombreuses réglementations et autorisations. Le gouvernement prévoit également de créer un "guichet unique" pour l'instruction des dossiers réglementaires. Des mesures visent plus spécifiquement les agriculteurs, pour qui la méthanisation peut représenter des "revenus supplémentaires", a souligné M. Lecornu.  

Structurer et professionnaliser 

Le gouvernement souhaite ainsi faciliter l'accès au crédit pour la méthanisation agricole et mettre en place un complément de rémunération pour les petites installations. Des formations doivent également être mises en place, en particulier destinées au monde agricole, souligne un communiqué. Les mesures doivent permettre de structurer et de professionnaliser la filière, alors qu'il existe environ 400 installations de méthanisation en France, dont la moitié dans des fermes, contre "10.000" en Allemagne. Les propositions doivent également nourrir les travaux de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), qui tracera la feuille de route de la transition énergétique pour la période 2019-2023.   Le gouvernement a récemment multiplié les groupes de travail sur les énergies renouvelables.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 7

viking 537

la methanisation et son système sont méconnus du grand public.son bilan carbone,sa rentabilité(rapport entre le gazole brulé pour alimenterles methaniseurs et le gaz produit,)les subventions il faudrait des explications pour se faire une idée.si l on ajoute les cultures affectées au gaz l absence d information me fait + que douter

@jerome

Il y a un siècle la population française et mondiale était bien moindre! C'est totalement incomparable et les besoins en alimentation vous allez en croissant!
Oui la production d'interculture est intéressante mais il serait plus éthique de s'en servir pour l'alimentation animal! D'ailleurs je ne vois pas bien le rapport avec la méthanisation
C'est pas bète ça de vendre le gaz pour les transport et conserver le fuel pour la méthanisation (production, transport, récolte méthaniseur...)!lol (je ne vois pas l'intérêt mais bon surement qu'il y en a un)

Jerome

La méthanisation peut être une chance pour l agriculture française. Loin du modèle allemand qui est 100% maïs, la filière française fait appel à des intrants très varié. La filière est bien "bordée " aujourd'hui pour qu' elle reste vertueuse et surtout agricole! Les industriels sont prêts à investir mais sont encore bloqué par le plan d épandage... et faut que ça dure.
Messieurs, reprenez votre histoire! Il y a un siècle et plus, 1/3 des sols agricoles servait à l énergie: nourrir les chevaux! Aujourd hui c'est limité à 15%. La production d interculture favorise la vie du sol, l économie d intrants chimiques par un allongement des rotations, l économie des fertilisants chimiques par le retour au sol su digestat. La fraction solide du digestat comporte 95% de matière organique stable.les parties racinaires et chaumes (entre15 et 40%) de chaque cultures reste au sol.
Plus un sol travail, plus il est en formé, c est comme un sportif! Faut juste le surveiller...
Enfin la production de gaz vert va engendré la vulgarisation du transport au gaz qui remplacera le diesel. La France se dotera d une indépendance énergétique encore plus forte. Mais il faut d abord développer la filière de production de gaz. Favoriser l offre pour provoquer la demande ...

DIGUE3942

oui,c'est bien parti pour vendre son carbone au tarif comparable à celui du lait et de la viande , autrement dit tout coute cher à partir du moment où le paysan n'a plus la marchandise entre ses mains....la génération suivante se retrouve avec une terre MORTE......a force d'exporter ce fameux CO2......

paysan88

La méthanisation va contribuer à détruire l'élevage!
Augmentation du prix des terres aux profits des méthaniseurs, augmentation des cours des matières premières (en cas de sécheresse les mais seront pour les méthaniseurs)....
Mais ça arrange tous ceux qui gravitent autour des exploitations
Les chambres d'agriculture facturent à prix d'or les études, les marchants de matériel vendent de gros outils, les banques font travailler leur argent, les vendeurs d'aliment auront plus d'aliments à vendre....)
Et je serais surpris que les méthanisations soient positives pour l'environnement! (mais bon comme c'est marqué dans l'article prenons exemple sur l'allemagne !lol)

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires