MSA : Votre tracteur bascule, c'est votre vie qui bascule

Service Communication

MSA : Votre tracteur bascule, c'est votre vie qui bascule

Depuis le 1er janvier 2010, tous les tracteurs doivent être dotés d'une structure de sécurité anti-retournement qui diminue le risque d'accident pour l'utilisateur.

Le renversement de tracteur est la première cause d'accident mortel avec une machine chez les agriculteurs. Plus de 70 % des accidents surviennent au champ ou dans la cour de ferme. Les autres arrivent lors de conduite sur route. Pour y remédier, la loi du 23 février 2005, applicable au 1er janvier 2010, contraint les agriculteurs à doter les tracteurs d'une structure de sécurité anti-retournement répondant à des caractéristiques précises. Cette structure, complétée d'un dispositif anti-éjection (type ceinture de sécurité), est reconnue efficace à 100 %.

Le renversement survient le plus souvent lorsque l'utilisation d'outils complémentaires fragilise la stabilité du tracteur :

- par rehaussement de son centre de gravité (chargeur frontal, pré tailleuse / rogneuse / écimeuse, élévateur arrière, benne basculante, charrue portée),
- par déportement latéral de son centre de gravité (pré-tailleuse / rogneuse / écimeuse, faucheuse, broyeur, épareuse / broyeur d'accotement),
- par attelage d'outils dont le centre de gravité peut varier (pulvérisateur, outil à attelage flottant latéralement).

La conduite de machines dont la base de stabilité est réduite (micro tracteur, tracteur à voie étroite ou à trois roues) ou d'un tracteur enjambeur non équipés d'une structure anti-retournement est également dangereuse.

Les situations à risque

Les secteurs d'activité les plus concernés par le risque de retournement sont la polyculture, l'élevage et la viticulture, en raison des travaux qu'ils occasionnent. Une vitesse élevée entraîne la perte d'adhérence du tracteur au cours des activités pratiquées :

- en terrain glissant,
- en prairie (d'autant plus glissante si elle est humide),
- en présence de végétaux coupés ou couchés (foin fané, paille…),
- sur une parcelle récemment irriguée, en travail en descente,
- en cas de report de charge insuffisant sur le ou les essieux moteurs dû au vidage d'un outil porté (distributeur d'engrais, pulvérisateur...) ou à la présence d'un chargeur frontal,
- lors de la poussée d'un outil traîné ou semi porté non freiné,
- avec des pneumatiques lisses,
- en circulation sur route.

Un rayon de braquage serré (demi tour en bout de parcelle, acte réflexe suite à une prise de vitesse, mise en « portefeuille » du tracteur sous l'effet de la poussée d'une remorque non freinée) augmente le risque de retournement. Il en va de même lorsque l'activité nécessite l'inclinaison de l'assiette du tracteur (travail en dévers, passage dans une ornière, sur l'accotement d'une chaussée, sur un obstacle) et le travail sur une surface de roulement mal stabilisée (tas d'ensilage, muret de soutènement).

Ensemble, renversons la tendance

Seule la structure de sécurité anti-retournement élimine le risque de renversement. Pour augmenter la sécurité de l'utilisateur de machine, la MSA préconise également de veiller aux limites de chargement des remorques en fonction du PTAC (poids total autorisé en charge). Ainsi, pour certains travaux, il est préférable d'utiliser un tracteur quatre roues motrices, d'optimiser le lestage du tracteur, de choisir la voie la plus large possible...

Corriger les mauvaises habitudes par des précautions élémentaires souvent négligées est indispensable : ralentir avant de tourner, utiliser le frein moteur en descente et ne jamais débrayer, conserver les équipements côté amont, coupler les pédales de frein... Aménager la zone d'évolution de travail contribue à une sécurité accrue : réserver un espace de manoeuvre suffisant en bout de champ, stabiliser les talus pouvant s'effondrer sous le poids du tracteur...

Un dossier technique très complet consacré au renversement de tracteur a été conçu à votre usage par la MSA. Pour l'obtenir, contactez Dominique Schaeffner par mail : schaeffner.dominique@ccmsa.msa.fr

Epandage sur une prairie en pente

En février 2004, Antoine épand de l'engrais dans le sens de la pente sur une prairie détrempée par la pluie. Il utilise un distributeur d'engrais minéral porté sur le trois points arrière d'un tracteur à deux roues motrices datant de 1974, dépourvu de structure de protection en cas de renversement. En descendant la pente, le tracteur perd son adhérence. Pour éviter de tomber dans un chemin en contrebas, Antoine braque. Le tracteur se retourne. N'ayant pas le temps de sauter pour se dégager, Antoine est écrasé au niveau des cervicales par le poids du tracteur. Il décède sur le coup.

L'explication de l'accident : en se vidant progressivement, l'épandeur d'engrais a engendré un report de charge de moins en moins important sur l'essieu arrière du tracteur. L'adhérence de l'essieu moteur a diminué jusqu'à ce qu'il parte en glissade dans la pente. Le tracteur a pris de la vitesse, générant une importante force centrifuge lorsqu'Antoine a braqué les roues perpendiculairement à la pente. Cette force cumulée à la pente a provoqué le basculement du tracteur.

Fauchage de prairie en dénivelé

Dans une prairie préalablement récoltée, Denis fauche une bande enherbée non ramassée lors de la fenaison initiale. Celle-ci s'étend sur une largeur de 5 mètres et présente un dénivelé important d'1,30 mètre à 1,80 mètre environ. Denis utilise un tracteur de 1974 disposant d'une cabine de sécurité et d'une faucheuse rotative travaillant en déporté du côté aval de la pente. En abordant la partie la plus abrupte de la pente, le tracteur se retourne, projetant Denis contre un des montants de la cabine. Il décède quelques jours plus tard, des suites d'un traumatisme crânien.

L'explication de l'accident : le poids de la faucheuse a décalé le centre de gravité du tracteur en aval de la pente. Quand celle-ci s'est raidie, le centre de gravité s'est retrouvé en dehors de la surface de stabilité du tracteur qui s'est alors retourné.

Source MSA Mayenne-Orne-Sarthe

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier