National salers : La qualité et les acheteurs étaient au rendez-vous

Jean-Marc Authié

Le 137e National salers a réuni 450 bêtes et 85 éleveurs à Mauriac ce week-end. Une légère baisse des effectifs qui n'a cependant pas altéré la qualité des animaux présentés.

Le grand froid par moments, la pluie et la grisaille surtout ! Le 137e concours National salers n'a certes pas bénéficié de conditions météorologiques favorables. Mais il aura permis à la race et aux éleveurs de retrouver un peu le sourire malgré la morosité qui touche actuellement le monde agricole. Bruno Dufayet, président du Groupe Salers évolution, semblait ainsi satisfait de l'événement. “Vu le contexte, il faut qu'on se satisfasse d'un concours comme celui-là. Cela montre que notre travail progresse et que l'on a encore un bel avenir devant nous”. Optimiste Bruno Dufayet ? Plutôt réaliste, si ce n'est mesuré par rapport à un climat social très tendu. “Aujourd'hui, nous avons des éleveurs qui viennent d'un peu partout en France. Bien sûr, on ressent quand même le marasme actuel et une certaine morosité de la part des éleveurs. Mais cette morosité traduit bien le peu de commerce en animaux reproducteurs”.

Qualité d'ensemble

Bruno Dufayet préfère souligner un National 2010 avec “une bonne présentation d'animaux, une bonne qualité d'ensemble. On voit que le travail génétique paye, que l'homogénéité est bonne”. Une notion qui n'a certainement pas échappé aux acheteurs britanniques présents “qui ont racheté des animaux alors que ce n'était plus le cas depuis deux ans. Et puis il y a les acheteurs des pays de l'Est qui semblent s'intéresser de plus en plus à notre élevage” (lire par ailleurs). Au-delà de l'aspect purement professionnel, le National salers est aussi une formidable vitrine pour montrer au grand public le savoir-faire des producteurs... et réjouir les familles, et surtout les enfants, devant le spectacle fourni par les belles à la robe acajou. C'est d'ailleurs sur cette note positive que s'est terminé ce week-end consacré à la race emblématique du département. En effet, si la fréquentation était loin d'être à la hauteur des attentes le vendredi, le samedi et le dimanche matin, la dernière demi-journée aura attiré nombre de curieux. Le défilé des salers primées a été suivi avec une très grande attention par la foule. Une aubaine également pour les exposants venus sur le site “même si le commerce est très compliqué en ce moment”, avouaient certains. Reste maintenant aux éleveurs salers à se préparer pour le sommet de Cournon. Près de 70 animaux y sont attendus le 7 octobre, en tout début d'après-midi, pour participer au concours.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires