Nicolas en route pour la course à Pied

Sandrine Bossière

Nicolas en route pour la course à Pied
- © SB

Ce dimanche, Nicolas Cottreau sera sur la ligne de départ de la course Alençon-Médavy. Ce jeune agriculteur tentera de battre son record de l'année dernière, soit 1 h 08.

Depuis plusieurs années, les Jeunes agriculteurs de l'Orne participent
à la course d'Alençon-Médavy, une course réputée au niveau national voire international. A l'arrivée des coureurs, ils servent du lait, fourni par
Normand Lait.
De part ce partenariat, des JA se sont lancés dans la course. C'est le cas de Nicolas Cottreau, agriculteur de Saint-Loyer des Champs. Il abandonne tracteur, champ et vaches pour s'adonner à son sport favori : la course à pied. “J'ai fait de l'athlétisme entre 9 et 18 ans, surtout du cross” raconte-t-il. C'est ainsi qu'il a décroché deux titres de champion de l'Orne en catégorie poussin et minime. Mais des problèmes de santé l'ont contraint à lever le pied. “J'ai dû arrêter parce que les genoux ne suivaient pas” explique-t-il.
Pour le plaisir
Depuis quelques années, il a rechaussé les baskets. “C'est un sport individuel qui m'a toujours plu” souligne-t-il. Alors, il y retourne “avec plaisir”, une heure de temps en temps, surtout le week-end, avec Lucie son amie. Il ne s'élancera pas dimanche sans préparation. Pour autant, il arrive à concilier l'entraînement avec son activité professionnelle. “C'est compatible d'autant plus que j'ai des facilités, je n'ai pas besoin d'un entraînement intensif”.
Autour de chez lui, le terrain est propice à courir. “Il y a les chemins, la forêt... on peut courir partout” se réjouit-il. Un excellent moyen pour se vider la tête.
Sans pression
Alors, il sera sur la ligne de départ ce 29 mars, mais sans avoir la pression. L'année dernière, il avait couru les 15,4 km en 1 h 08. “C'était mieux que la première fois où j'avais fait 1 h 17” se souvient-il. Dimanche, il sera question pour lui de battre son temps de l'année précédente, et peut-être se situer sous la barre des 1 h 05. Un objectif qui lui semble facile d'atteindre. “C'est aussi en fonction de la météo” prévient Nicolas.
A son rythme Ce qui est sûr c'est qu'il ne tentera pas de suivre le vainqueur de l'année dernière, Abraham Niyonkuru du Burundi, ou encore moins les Kenyans  ou Marocains, toujours présents aux avant-postes. Nicolas Cottreau ira à son rythme pour pouvoir terminer un parcours jugé difficile, surtout les 5 derniers km de côte. Il ne reste plus qu'à l'encourager sur le bord du parcours.

Source l'Agriculteur Normand

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier